Déclaration d’impôt unique: Leitao s’engage à «mener la bataille» à Ottawa

Eabafe4a0b37001bd269525f0bee91d4

À la veille des élections, le gouvernement Couillard a des ambitions autonomistes


Le gouvernement Couillard va écrire «très bientôt» au premier ministre Justin Trudeau pour lui demander d’envisager une déclaration d’impôt unique gérée par Québec, une initiative que le ministre Leitao a comparée à «une bataille».


«Je pense qu’il y a une ouverture des deux côtés. Au Québec, bien sûr, depuis longtemps qu’on parle d’une telle possibilité. Je crois que maintenant, à Ottawa, il y a une certaine ouverture à regarder ça», a expliqué le ministre des Finances, Carlos Leitao, en mêlée de presse, jeudi.


«On va s’asseoir, on va discuter, on va voir. Ce n’est pas simple», a-t-il nuancé.


Le ministre n’a pas voulu s’avancer sur les éventuelles pertes d’emploi qui pourraient découler de l’abandon de la déclaration de revenus canadienne pour les Québécois. Des employés de la fonction publique fédérale, qui habitent au Québec, pourraient en effet être touchés par cette éventuelle réforme.


«On n’est pas rendus du tout là. On ne sait pas quelle va être la forme de [cet éventuel changement]. On est très loin d’une telle décision», a-t-il ajouté.


Lenteur


Satisfait de cette proposition du gouvernement provincial, le Parti québécois a cependant critiqué le fait que M. Leitao n’ait pas encore officiellement interpellé Ottawa sur cette question, deux jours après l’appui unanime de l’Assemblée nationale en ce sens.


«Comment se fait-il que, depuis mardi qu'on l’a adoptée, la motion, il n'y ait même pas eu encore de demande formelle, un début de demande formelle?», a critiqué la vice-cheffe du Parti québécois, Véronique Hivon.


«Ce travail-là se fait déjà depuis un certain temps, a répliqué le ministre. Nous, notre objectif a toujours été, et il le demeure toujours, de simplifier la vie des contribuables québécois, tout en préservant l'autonomie fiscale du Québec. »


«C’est important qu'on soit capables de maintenir toute notre structure de crédits d'impôt et de mesures sociofiscales qui sont différentes de celles du gouvernement fédéral», a-t-il précisé.