Décentraliser les accommodements

Commission BT - le rapport «Fonder l’avenir - Le temps de la conciliation»



Pour moi, il ne fait pas le moindre doute que le rapport Bouchard-Taylor est un document qui constitue une étape fondamentale et précieuse sur la voie de la «conciliation» au Québec comme le prétendent les deux commissaires.
Dans les cinq grands axes des recommandations proposées, on peut notamment noter cette volonté de «déjudiciariser la pratique d'accommodement raisonnable», d'outiller les gens de façon à ne pas devoir constamment recourir aux tribunaux» et par conséquent favoriser ce qu'ils ont formulé comme étant «la voie citoyenne». Ce qui veut dire qu'au lieu de faire porter la responsabilité aux seules autorités judiciaires de régler les problèmes de différences d'interprétation sur certaines pratiques, l'on cherchera plutôt à donner la prérogative aux citoyens de poursuivre par eux-mêmes ce qu'ils ont fait bien souvent par le passé, autrement dit de favoriser la «culture du compromis, les accords facultatifs et les ajustements concertés» (p. 65).
Or, si l'initiative est donnée aux citoyens, cela suppose que les moyens leur seraient également donnés pour trouver des terrains d'entente et les espaces de compréhension mutuelle en vue d'entretenir la paix sociale que tout le monde appelle de ses voeux. La plus fondamentale à mon sens demeure la connaissance. Au-delà de l'habituelle invitation à tous les citoyens de s'éduquer de manière livresque aux cultures et horizons religieux qui les intéressent ou intriguent le plus, il n'y a pas meilleure et plus convaincante source de connaissance que la prise de contact directe entre eux.
Des pistes intéressantes
C'est assurément par l'expérience concrète des différences, de la relation humaine ou ce que les philosophes empiristes appelaient une «accointance», c'est-à-dire une connaissance littéralement sensorielle et immédiate, qu'il est possible d'instaurer un climat de confiance selon les propres termes du rapport. «En somme, il est plus juste de miser sur le redressement, le mouvement vers l'avant, dans la bonne foi et le bon sens, dans la confiance et la conciliation.» (p. 243)
Mais comment se connaître directement à l'âge de l'information, de la médiation obligée par les canaux télévisés, la presse écrite, la radio et Internet?
C'est là que les pistes suggérées par le rapport sont intéressantes. Dans la mesure où il faut non seulement désengorger les tribunaux, mais également ne pas s'attendre à ce que le gouvernement de Québec soit en mesure ou veuille tout simplement intervenir sur tous les dossiers, il en découle naturellement que c'est au tour des municipalités de jouer un rôle-clé.
Prise de contact
En effet, si l'on imagine un tant soit peu la possibilité d'une traduction sur le terrain des recommandations du rapport -- notamment celle qui invite l'État à «mieux établir l'interculturalisme comme modèle», donc la culture du dialogue et de l'échange culturel réel --, il faut «déléguer plus de responsabilités aux instances régionales» (p. 269), autrement dit encore plus décentraliser vers les villes. La raison en est que c'est seulement à l'échelle des comtés, mieux des municipalités, qu'il est possible d'envisager une véritable prise de contact entre les citoyens, d'éprouver leurs opinions directement ainsi que leurs interprétations respectives des valeurs communes.
En ce sens, la suggestion pour prolonger concrètement les efforts de la Commission consisterait à les mettre en pratique par l'établissement d'«agoras citoyennes» au niveau des villes où il serait possible non seulement de permettre aux citoyens, toutes origines confondues, de dialoguer sans média, mais aussi de participer à la réflexion et à l'action commune en vue de l'amélioration des conditions du vivre-ensemble localement d'abord.
***
Salah Basalamah, Professeur adjoint à l'École de traduction et d'interprétation de l'Université d'Ottawa

Squared

Salah Basalamah1 article

  • 170

Professeur adjoint à l'École de traduction et d'interprétation de l'Université d'Ottawa





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé