COVID-19 : les provinces devraient-elles colliger des données sur l’ethnicité?

8b85fc705eff939eda5d805820dc9ebf

L'obsession raciale de la gauche ne prend jamais de pause : ne PAS compter les Noirs est devenu raciste...


Le Canada ne collige pas de données sur l’ethnicité des personnes infectées par la COVID-19, sauf pour les Autochtones. Difficile, donc, de savoir si les minorités sont frappées démesurément par le virus, comme c’est le cas aux États-Unis.




Pauvreté, maladies chroniques : au sud de la frontière, les Noirs et les Latino-Américains sont plus vulnérables face à la pandémie. De Chicago à New York, en passant par la Louisiane et l’Arizona, ils sont infectés et meurent à une vitesse alarmante.


Mais qu’en est-il au Canada? Certaines minorités raciales sont-elles dans l’angle mort des autorités? C’est ce que craignent des experts de la communauté noire.


L’accès à la santé est meilleur ici qu’aux États-Unis, mais les mêmes problèmes de santé chroniques et de précarité économique existent dans la communauté noire au Canada, explique Liben Gebremikael, directeur du Centre de santé Taibu, qui s'occupe principalement de la communauté noire de l'est de Toronto.


Ces populations, ajoute-t-il, sont également surreprésentées dans les prisons, où de nombreuses éclosions du virus ont été signalées. On n’a aucune idée combien de Noirs sont morts ou infectés au pays. C’est un grave problème!


Un ambulancier amène un patient victime de la COVID-19 dans un centre d'urgence au Maimonides Medical Center, à New York.

Un ambulancier amène un patient atteint de la COVID-19 dans un centre d'urgence au Maimonides Medical Center, à New York.


Photo : Reuters / Brendan McDermid




Des dirigeants en santé issus de la communauté noire de l’Ontario, dont le Dr Gebremikael, ont d’ailleurs signé une lettre ouverte exhortant le premier ministre Doug Ford à compiler des statistiques liées à l'ethnicité.



La compilation de données raciales et sociodémographiques est une composante essentielle du travail d'élimination des inégalités dans le secteur de la santé. On ne peut gérer ce qu'on ne peut mesurer.


Lettre ouverte de l'Alliance pour des communautés en santé


Gouvernance autochtone


Si elles ne compilent pas de données sur les autres origines ethniques, les provinces en recueillent tout de même sur les Autochtones, même s'il arrive souvent que les données de cette section du formulaire [de déclaration de la COVID-19] soient incomplètes ou manquantes, indique la porte-parole de l'Agence de la santé publique du Canada, Tammy Jarbeau.



Les autorités provinciales ne partagent pas non plus ces données avec les leaders de ces communautés, déplore la directrice générale de la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, Marjolaine Sioui.


On voit l'utilité d’avoir des données précises, pas pour exposer les personnes atteintes, mais pour bien s’outiller dans notre planification. Ce sont des données qui appartiennent à la communauté, dans le respect de la confidentialité, dit-elle.


Les facteurs de risque pour les Autochtones, tels l’insécurité alimentaire, le surpeuplement des logements et l’immunodéficience, sont bien connus, souligne Marjolaine Sioui. Elle demande la mise en place de protocoles pour la transmission d’informations sur les cas d’infection entre la santé publique et les communautés autochtones.


Une auto arrêtée à une barrière.

La Première Nation Elsipogtog au Nouveau-Brunswick a installé des barrières en raison de la COVID-19.


Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc




C'est d'avoir des protocoles en place pour savoir comment elles sont gérées et s'assurer qu'elles sont protégées, ces données-là, précise-t-elle. C'est d'avoir le plein contrôle des données qui nous concernent.



Pas le même constat


Le directeur du Service de santé publique américain, qui est Noir, a reconnu être plus à risque de contracter le virus en raison de la couleur de sa peau. Au Canada, les autorités de santé publique ne semblent pas faire le même constat.


L’Institut national de santé publique du Québec ne compile pas de données sur les races ou les origines ethniques, indique par courriel sa porte-parole Madalina Burtan, sans donner de raison.


En Ontario, le médecin hygiéniste en chef David Williams a rejeté l’idée et nié l'existence de facteurs de risque particuliers. L’Organisation mondiale de la santé ne nous a pas transmis d’information en ce sens. Nos groupes à risque demeurent les personnes âgées et immunodépressives, peu importe leur race, a dit le Dr Williams, vendredi, en point de presse.


Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario


Photo : La Presse canadienne / Chris Young




Ses remarques ont suscité un tollé sur Twitter. Le refus de collecter des données sur la race, alors que les Afro-Américains sont identifiés comme étant à risque, constitue manifestement du racisme institutionnel, a notamment tweeté la professeure en santé publique de l’Université de Toronto Onye Nnorom.


La médecin en chef de l’Alberta a fait preuve de plus d’ouverture en reconnaissant l’inégalité raciale dans l’accès aux soins de santé au pays. Certains groupes sont désavantagés de manière systémique. Nous allons certainement examiner cela de plus près pour déterminer s’il y a lieu de recueillir ce genre de données, a déclaré vendredi la Dre Deena Hinshaw.


Le Groupe de travail sur la personne d'ascendance africaine des Nations unies exhorte les pays touchés par la pandémie, y compris le Canada, à colliger des données désagrégées.



Malgré leur réponse énergique à la pandémie, ces pays ne reconnaissent pas les risques élevés et particuliers auxquels sont confrontées les personnes d'ascendance africaine, pas plus que la façon dont la discrimination raciale et les préjugés peuvent influencer leurs politiques.


Ahmed Reid, président du Groupe de travail sur la personne d'ascendance africaine des Nations unies


Le Groupe s’inquiète de l’absence de stratégies ciblées pour prévenir la propagation du virus dans ces communautés. Un nombre disproportionné de ces personnes travaillent dans l'industrie des services, vivent dans des communautés densément peuplées ou n'ont pas accès à un logement sûr , écrit-il dans un communiqué publié le 6 avril.


Du côté de l’Agence de la santé publique du Canada, il n’est pas prévu pour le moment d’ajouter les déterminants sociaux de la santé comme facteurs de risque au formulaire de déclaration de cas servant à la collecte de données relatives à la COVID-19, indique sa porte-parole Tammy Jarbeau.


Si une révision du formulaire devait être envisagée, l’Agence de la santé publique du Canada ferait appel à un comité consultatif national composé d’experts provinciaux et territoriaux de la santé publique pour en discuter, car la responsabilité de la collecte des données incombe aux autorités sanitaires provinciales et territoriales, dit-elle.


La collecte de données de santé basées sur l’ethnicité se fait déjà dans certains réseaux hospitaliers au pays, dont (Nouvelle fenêtre) le réseau Sinai Health System de Toronto, pour mieux orienter les politiques de santé publique en général.


En Ontario, la mesure a déjà été réclamée par le NPD et par la Commission des droits de la personne.


Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir