Course à la chefferie, qui a raison?

Point de vue mathématiques

Tribune libre

Nonobstant la course à la chefferie du PQ actuellement, il est une question que nous devons approfondir.

Sera-t-il trop tard pour gagner si je reporte le référendum sur l’accession du Québec à sa souveraineté pour ne pas dire son indépendance à une date aussi loin que 2022?

Tous savent que depuis 1995, le nombre d’immigrants arrivant au Québec a atteint des chiffres record. Faut savoir que c’est une des actions que le gouvernement fédéral favorise en sachant que plus de 60% d’entre eux ne voteront pas en faveur d’une séparation. Pour eux c’est le Canada qui est sa terre d’accueil et non pas le Québec. Depuis 1995, l’appui au Parti Libéral du Québec n’a cessé de croître. De 22 comtés assurés lors d’une élection, il est rendu à trente comtés et plus. Et çà continu de grimper. Combien de comtés assurés aura-il en 2022? Il a beau multiplier les gaffes, ces comtés demeure des château forts.

J’aurai beau donner le maximum d’informations politiques sur la nécessité de devenir indépendant, la loi des chiffres est implacable. Cela ne joue pas en notre faveur. En ce sens la proposition de Martine Ouellette est-elle la seule qui aurait des chances de réussite? Je pose la question, le débat est lancé.

Featured 46fbc2a38e3d4ccc9f329692d2b92d34

Roger Kemp110 articles

  • 86 434

Pamphlétaire actif à Trois-Rivières Membre actif à la SSJB de la Mauricie





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Robert J. Lachance Répondre

    17 septembre 2016

    Une grande partie du contenu de ces tableaux est une reprise partielle, complémentaire et réordonnée de celui que l’on trouve sur le blogue de Jean-François Lisée à cette adresse :
    http://jflisee.org/les-liberaux-sont-ils-desormais-le-parti-du-pouvoir-au-quebec/
    Les tableaux 2, 3, 4 et 5 présentent des résultats de l’élection d’avril 2014 pour les 71 circonscriptions, dans l’ordre décroissant des majorités, obtenues par le PLQ. Les trois premiers retiennent par groupe de 20 et le cinquième les 11 comptés de mon tableau joint ici plus bas.
    Je qualifie d’imprenables les 40 circonscriptions des deux premiers tableaux, que l’on retrouve en début du tableau de M. Lisée ou les circonscriptions sont rangées en pourcentage décroissant de majorité libérale.
    Les statistiques retenues pour chaque circonscription et gagnant sont le nombre de votes obtenus par le gagnant.e, par le PQ, par la CAQ, par QS, Par ON. Les deux dernières colonnes fournissent un total de votes indépendantistes et la majorité en nombre.

  • Gaston Carmichael Répondre

    16 septembre 2016

    «... vous avez le résumé de 5 tableaux qui indiquent ...»
    Qu'est-ce que ces 5 tableaux représentent?

  • François Ricard Répondre

    16 septembre 2016

    M. LeHir a vécu de près le référendum de 1995, Il y était activement impliqué. Il possède donc connaissance et expérience. Et voici ce qu'il dit:"Le gouvernement qui propose de conduire le Québec à l’indépendance doit donc, avant de tenir un référendum sur la question, établir la faisabilité politique et économique de l’indépendance, en convaincre les Québécois, et les convaincre aussi que le Québec et son gouvernement ont la capacité et les moyens d’exercer toutes les compétences d’un État souverain, et notamment celles dont il ne dispose pas déjà et qui sont exercées par le gouvernement fédéral."
    Il dit aussi deux choses fort importantes:a) ces études n'ont pas été faites en 1995;b) le gouvernement ne doit pas être le maître d'oeuvre de ces études.
    On a voulu faire vite en 1995. martine Ouellet veut faire vite en 2018.
    En ce qui a trait à l'immigration, un gouvernement péquiste serait en mesure d'en diminuer le nombre et d,en changer la composition.

  • Robert J. Lachance Répondre

    15 septembre 2016

    Non.
    Martine Ouellet propose un référendum au cours d’un premier mandat. Elle ne garantit pas que ce sera avant 2022. Il faudra d’abord qu’elle prenne le pouvoir, majoritaire, et ce n’est pas la prochaine élection la veille, comme on dit chez Astérix. Voyez les tableaux joints : en bas à gauche, vous avez le résumé de 5 tableaux qui indiquent quel parti est arrivé deuxième meilleure dans les 71 circonscriptions libérales, le PQ dans 43, la CAQ dans 23 et QS dans 3.
    Avec notre présent mode de scrutin, comme vous dites, le parti libéral devient d’année en année de plus en plus difficile à chasser du pouvoir, comme Jean-François Lisée propose de faire d’abord pour 2018.
    Pour que le PQ prenne le pouvoir en 2018, il faudra que ses 30 députés conservent leur siège et qu’il arrache en plus au PLQ, la CAQ ou QS 33 des 45 circonscriptions où il est en avance. Méchante commande ! et il ne ferait pas 4 ans sans quelques députés de plus. La santé, la famille … À l’impossible nul.le n’est tenu.e.
    La proposition de Jean-François de battre les libéraux avec ou sans l’aide de la CAQ, faudrait qu’il précise un peu. S’entendre sur un changement de système de mode de scrutin m’apparait le plus court chemin d’accès à une interdépendance mondiale des plus agréable et fructueuse dans une génération. C’est un projet plausible pour un peuple plurinational. Je dirais une régénération.
    Le temps venu, une coalition de 75 députés s’entendent pour déclarer l’indépendance du Québec. Un référendum suit pour légaliser la chose. Un peu comme en Norvège.