Blocus ferroviaire: François Legault s’impatiente

D93fb5bb7de3fabb146827f52a69f48e

« Je ne veux pas retomber dans la crise du propane avec les agriculteurs. »


Le premier ministre du Québec, François Legault, se dit insatisfait de la réponse du gouvernement fédéral au blocage des lignes ferroviaires et appelle à une résolution rapide de cette crise devenue «très dramatique» pour l’économie de la province.   


• À lire aussi: Blocus ferroviaire: Trudeau veut une solution rapide, mais pas précipitée  


• À lire aussi: Mobilisation autochtone: appel au calme  


«[M. Trudeau] veut que ça se fasse dans la paix. On est d’accord avec ça, mais il faut qu’il y ait des résultats et, pour l’instant, la situation est devenue très dramatique pour l’économie du Québec», a déploré M. Legault en point de presse à l’Assemblée nationale, mardi.    


Le gouvernement fédéral doit dénouer la crise à court terme, dans «les prochains jours», selon lui, faute de quoi la situation pourrait gravement empirer.    


Le premier ministre du Québec dit notamment craindre que le port de Montréal ne puisse plus accueillir de nouvelles marchandises, par manque de place où les entreposer. Des magasins pourraient aussi commencer à manquer de certaines denrées, a-t-il ajouté.    





Photo Simon Clark




«On est en train de perdre le contrôle. Je ne veux pas retomber dans la crise du propane avec les agriculteurs, je ne veux pas qu’on ne puisse plus faire décoller d’avion parce qu’il n’y a plus de carburant», a déclaré François Legault.    


De nombreux manifestants autochtones bloquent routes et voies ferrées par solidarité avec les chefs héréditaires de la Première Nation de Wet’suwet’en, qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, en Colombie-Britannique.    


Cette mobilisation, un peu partout au Canada, a paralysé le service par rail, du transport de passagers à l’acheminement de marchandises essentielles comme le propane.    





Photo Simon Clark




Justin Trudeau a fait l’objet de nombreuses critiques pour s'être trouvé à l’étranger alors que le pays était dans une impasse.    


Il a assuré que son gouvernement travaille «depuis les 11 derniers jours», mentionnant notamment la rencontre de samedi entre le ministre des Services aux Autochtones Marc Miller et les Mohawks de Tyendinaga, en Ontario.    


Plus de détails suivront...  


– Avec la collaboration d'Émilie Bergeron  








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.