Effets collatéraux de la COVID-19

Au sujet de la démondialisation

Importance des journalistes en période de crise

Ccfb149e52ad9a7a5a2a7b64a14aca96

Tribune libre

 


 


La dépendance du Canada, et forcément du Québec, à l’approvisionnement en masques illustre clairement une situation de servitude chronique qui remet en question le phénomène de la mondialisation.

D’ailleurs, à cet effet, le premier ministre François Legault a déjà évoqué, lors d’un de ses points de presse, la possibilité d’une certaine « démondialisation » après la pandémie actuelle. « Il y a des choses qui vont avoir changé. [...] Moins d’importation, ça suppose plus de production locale », a-t-il lancé.


En d’autres termes, dans le monde dans lequel nous sommes en train d’entrer, la souveraineté industrielle deviendra une valeur fondamentale si le Québec ne veut pas continuellement être à la merci de ses fournisseurs. Il faudra cesser de s’imaginer que la planète est un grand village, et renouer avec ce principe vieux comme le monde : l’indépendance nationale.

Bien sûr, nous n’en sommes pas encore là. Toutefois, des indices crevants, telle la pénurie de masques en temps de crise, nous y conduisent inévitablement. Il est inconcevable que le gouvernement du Québec dépende de d’autres pays pour approvisionner son personnel médical en équipements indispensables à sa sécurité.

En bref, la mondialisation se transforme en cauchemar. La pandémie est en train de transformer notre monde, notamment nos pratiques commerciales…Vivement un virage vers l’indépendance nationale, il en va de notre survie, voire de notre plein épanouissement comme peuple!

https://www.journaldequebec.com/2020/04/05/relance-economique-il-faut-acheter-quebecois-dit-legault

Importance des journalistes en période de crise

Depuis le début de la crise du COVID-19, je me suis astreint à regarder religieusement les points de presse du premier ministre Legault et de son équipe, suivis de la période de questions des journalistes.

Toutefois, là où le bât blesse, ce sont les commentaires disgracieux, voire mesquins, de certains internautes dans les médias sociaux qui s’érigent en véritables défenseurs de M. Legault et de ses acolytes relativement aux questions des journalistes qui « osent » porter un regard critique sur la gestion de la crise actuelle.

Or, le rôle premier d’un journaliste consiste justement à poser des questions sur des arguments qui lui semblent incomplets, imprécis ou superficiels de façon à permettre au public d’être informé sur « tous » les volets relatifs aux commentaires du locuteur, et de pouvoir disposer ainsi de toute la lumière nécessaire pour porter un jugement éclairé sur le sujet en cause.

En bref, les questions des journalistes m’apparaissent comme un complément d’information indispensable à la connaissance pleine et entière des propos des intervenants, exempte de toutes zones grises qui pourraient susciter des interrogations de la part des auditeurs.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1408 articles

  • 1 086 221

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé