Assurance-emploi : 500 000 demandes en une semaine

95ccd668761fc453a65296a4f657cd8f

Le Québec ne recherche plus d'employés, il recherche des emplois


Les fermetures en rafale et les vagues de mises à pied partout au pays ont fait exploser les demandes d’assurance-emploi. Plus de 500 000 demandes ont été acheminées à Ottawa, soit plus de 18 fois le nombre à pareille date, l’an dernier.




Dans son point de presse quotidien pour faire le point sur la pandémie de COVID-19, le premier ministre Justin Trudeau a parlé d'un volume d’appels historique.


Je sais que les gens sont anxieux de recevoir l’aide à laquelle ils ont droit et notre gouvernement travaille aussi vite que possible pour les appuyer, a-t-il déclaré en admettant que les équipes en place faisaient face à une forte pression.


File devant les bureaux


Vendredi matin, plusieurs dizaines de personnes attendaient d’ailleurs devant les bureaux de Services Canada dans le secteur Beauport.



J'ai arrêté hier. Je faisais au moins une quarantaine d'heures par semaine, raconte Luc Gagnon. Il travaillait habituellement à la gestion d’un stationnement et il a été pris complètement par surprise par la crise.


Plusieurs personnes qui patientaient à l’extérieur ont expliqué être là parce qu’ils avaient de la difficulté à remplir leur demande d’assurance-emploi en ligne ou à joindre quelqu’un au téléphone.


Je ne suis pas capable de communiquer avec eux autres. Ce serait le fun sur internet si tu pouvais écrire un message, ce qu'on ne peut pas faire, ça décongestionnerait, analyse le travailleur qui a vu ses heures réduites dans une entreprise de télécommunications.


Sans assurance-emploi?


Les travailleurs qui n’ont pas droit à l’assurance emploi peuvent profiter de plusieurs programmes gouvernementaux mis sur pied dans les derniers jours.


Certains programmes s'adressent spécifiquement aux travailleurs qui devront s'isoler pour limiter le risque de propagation du coronavirus. D'autres sont plus larges et ont été créés pour soutenir les employés mis à pied et qui ont vu leurs heures de travail amputées.