Réjean Labrie

  • Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

    Réjean Labrie451 articles

    • 559 105

    Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10è génération.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise.L'icône d'identification illustre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.




La victoire au référendum passera par les jeunes

C'est eux qui fourniront le pourcentage manquant

Des résultats désastreux

Il faut viser les candidats ayant le plus haut potentiel d'intégration

Sur le plan de la réussite de l'intégration

Le plus approprié au Québec

Le nationalisme ethno-culturel

Nous qui avons un air de famille

Interrogations sur la montée de l'islamisme radical?

Au Québec et en occident

Nous du Québec

Éloge de l'enracinement

Un acteur français

Louange la lutte pour la sauvegarde de notre langue

Cette langue française qui nous est maternelle

Propagande pro-immigrants subliminale

Comme s'ils étaient tous des Boucar et des Kim Thuy

Projet de développement touristique proposé

Le cratère Manicouagan

Le plus grand cratère d'impact au monde

La dictature impitoyable des minorités

Dur, dur, dur, d'être occidental...

En faveur de l'usage de la liste des patriotes

Par la commission de toponymie

Et si on mélangeait termites, fourmis et guêpes

Dans une ruche d'abeilles

La surpopulation mondiale aura-t-elle raison de l'occident?

Célébrons le Nous rassemblé, notre identité collective

Faisons de juin le mois officiel du Québec

Adhérer à la culture québécoise

Une condition d'intégration incontournable

La refuser l'amoindrit

Seuls 10% s'assimilent complètement

Lorsque l'intégration connaît des ratés

Étude fouillée à l'appui

Québec, destination par excellence pour le profitable tourisme religieux

De Compostelle à Sainte-Anne-de-Beaupré, il n'y a qu'un pas