Vers un Québec français

704bfdb56f0925b3d3349212fdc50bff

« En ce moment, nous recevons deux fois plus de gens que nous ne pouvons en intégrer. Il faut baisser les seuils. »


Responsable à la fois de l’immigration, de la laïcité et de la langue française, Simon Jolin-Barrette est en quelque sorte le ministre de l’identité nationale du gouvernement Legault.



Sa tâche est immense. Pendant quinze ans, les libéraux ont travaillé fort à canadianiser mentalement les Québécois. Sans oublier complètement leur identité, les Québécois devaient la relativiser.




On connaît l’héritage libéral : seuils d’immigration démesurément élevés, démission linguistique ayant favorisé l’anglicisation de Montréal et de Laval qui se détachent progressivement de la majorité historique francophone, aplatissement devant les accommodements ethnoreligieux, soumission au multiculturalisme canadien, diabolisation du nationalisme québécois. On pourrait poursuivre longtemps.




Jolin-Barrette




Simon Jolin-Barrette veut engager le Québec dans une nouvelle direction. Certes, il tâtonne un peu. Quelquefois, il gaffe. On l’a vu avec l’idée d’une loi pour interdire le Bonjour-Hi ou avec le très décevant test des valeurs.




Mais globalement, il va dans la bonne direction. Il semble avoir pour objectif de refaire du français notre langue commune.




Première chose : il doit refaire du français notre langue officielle. Cela implique que l’État s’adresse aux citoyens dans cette langue, comme le ministre vient de le proposer. Le français ne doit jamais être considéré comme une langue optionnelle au Québec. Celui qui arrive chez nous ne doit pas avoir le choix entre le français et l’anglais, mais embrasser notre langue.








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Évidemment, la minorité historique anglaise a des droits, que personne ne conteste. Mais on ne saurait s’appuyer sur ces droits pour justifier le passage à une forme de bilinguisme collectif, officiel ou officieux. C’est pourtant la tendance actuelle.




La loi 101 est de plus en plus un symbole impuissant. On continue de la vénérer sans voir qu’elle n’a plus grande emprise sur la société. Elle nous rassure et nous fait perdre notre vigilance alors que nos signes vitaux sont inquiétants.




Dans le même esprit, la connaissance du français devrait être un critère obligatoire pour ceux qui veulent s’établir au Québec.




Mais il faut aller plus loin. L’historien Michel Brunet disait que trois facteurs pèsent dans la vie des peuples : le nombre, le nombre et encore le nombre. En ce moment, nous recevons deux fois plus de gens que nous ne pouvons en intégrer. Il faut baisser les seuils. La rhétorique sur la pénurie de main d’œuvre, qui relève de l’illusion idéologique, ce qu’a démontré Jacques Houle dans son livre Disparaître, a pour principale fonction d’interdire d’aborder cette question.

 



Courage




Comment peut-on sérieusement nier le lien entre l’immigration massive et l’anglicisation du Québec ? Évidemment, les professionnels de la rectitude politique vont hurler. Ils diront violemment qu’on n’a pas le droit de dire cela. C’est ainsi qu’on fait taire ceux qui parlent vrai dans notre société : en les accusant de racisme, de xénophobie, de fermeture à l’autre.




Et pourtant, c’est en défiant les censeurs qu’on progresse collectivement. C’est ce qu’a fait Simon Jolin-Barrette à propos de la laïcité. C’est ce qu’il doit faire désormais sur le dossier vital de la langue française.