Réaction à l'article de Pierre JC Allard: "Le gambit du fou"

Une question de stratégie

Prendre le "fou" dans son propre piège!

Tribune libre

À la lecture de l’article de Pierre JC Allard paru sur cette tribune en date du 25 juillet sous le titre « Le gambit du fou », j’ai été d’abord sidéré par le cruel réalisme des propos de l’auteur relativement au nœud gordien dans lequel nous engouffre Jean Charest par son côté de stratège machiavélique :
« La beauté de cette stratégie de diviser le vote francophone entre CAQ et PQ - tout en moussant une progression de QS qui à court terme est sans danger pour le Système – c’est qu’en aucun moment Charest n’a à se rendre sympathique, à justifier ses actions passées, à s’engager pour l’avenir ou à quémander des votes, toutes choses qu’il ferait mal. Il n’a qu’à être lui-même, à distribuer des embûches là où elles feront le plus de mal à ses adversaires les plus menaçants … et à jouer son rôle de politicien astucieux. Ce qu’il fera bien…Et je ne vois même pas une façon efficace et réaliste de contrer cette stratégie… »
Ensuite, je me suis dit qu’il doit bien exister une « contre-stratégie » qui puisse nous permettre d’embusquer notre astucieux politicien sur son propre territoire. Je ne prétends pas être un fin stratège…toutefois, mon petit côté « bélier » pointe les cornes toujours un peu, encore aujourd’hui, lorsqu’il se retrouve devant un mur qu’il l’empêche de continuer la route qu’il s’est tracée pour parvenir à ses fins.
C’est alors que je me suis arrêté sur une partie de l’extrait cité plus haut, à savoir « c’est qu’en aucun moment Charest n’a…à justifier ses actions passées, à s’engager pour l’avenir…toutes choses qu’il ferait mal. »
Dans l’éventualité d’un scrutin en septembre, pourquoi alors ne pas dénoncer la stratégie de Charest en mettant la lumière sur ce dont il ne veut pas parler, à savoir, en particulier, sa promptitude à déclencher « par hasard » des élections avant la reprise des travaux de la commission Charbonneau ou ses intentions à peine voilées de profiter d’un retour en classe perturbé en août qui lui permettraient de se proclamer comme le défenseur de l’ordre?
En ce qui a trait à ses engagements pour l’avenir, il serait sans doute essentiel, entre autres, que notre « exploiteur de ressources naturelles » dépose sur la table les cartes dont il est censé disposer pour faire profiter les Québécois des avantages de son fameux Plan Nord qu’il vante à tout vent comme le grand coup du siècle alors que les critiques fusent de tous les milieux socio-économiques sur le fait que les retombées ne profiteront qu’aux multinationales.
En conséquence, nous devons profiter de toutes les tribunes pour opposer systématiquement le « politicien astucieux…ce qu’il fera bien » à ses politiques néolibérales scandaleuses et partisanes, bref à « toutes choses qu’il ferait mal ». En réalité, nous devons prendre le « fou » dans son propre piège en le traquant sans relâche…en termes stratégiques, en répondant à l’attaque par l’attaque!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1820 articles

  • 1 234 501

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    28 juillet 2012

    "Je crois que l’union des partis est la chose à faire pour vaincre le vote "étranger"c’est-à-dire antiquébécois. Personne n’y croit. Chaque parti a l’orgueil comme la grenouille. "...
    ...personne n'y croit? Deux chefs viennent de prouver qu'ils y croient: Françoise David et Jean-Martin Aussant! Pacte de non nuisance: est-il trop tard pour qu'on les imite?
    VOTER POUR DES INDÉPENDANTISTES!

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    Fascinant!
    ¨À la fin de la partie, le Roi et le Pion retournent dans la même boîte." (proverbe italien)Peut-on espérer : Desmarais et Charest littéralement "mis en boîte" par le Québec? Trop beau?!
    @ Madame M.S.
    Tout ce que vous relevez est, hélas! la vérité. Mais qui le sait autour de nous ? Le peuple en général ne connaît pas ou a oublié ou n'en fait pas une synthèse. C'est pour cette raison que Charest peut être réélu. Ce qui est assez effrayant. Vous voyez les subventions, les petits et gros cadeaux qui pleuvent ? Québec la ville est déjà "gagnée"par cette subvention pour la réfection du patrimoine militaire promise depuis longtemps...Harper y met du sien.
    Je crois qu'il y a encore trop de chair sur l'os... le chien que "nous sommes" n'est pas assez affamé et assez en rage pour mordre. À moins qu'on ne lui arrache d'entre les dents, il ne s'intéressera pas à ce qui est en train de se préparer : la pauvreté de plus en plus, l'injustice, l'odieux des privilèges, le fascisme, une belle guerre civile.
    Nous serons dépossédés avant de réagir tous ensemble.Charest a beau être astucieux, machiavélique,etc. si l'opposition se présenterait, honnête et forte avec quelque chose comme un projet sans faux-fuyant, on voterait pour ce parti. J,ai l'air de me contrarier mais non. Je crois que l'union des partis est la chose à faire pour vaincre le vote "étranger"c'est-à-dire antiquébécois. Personne n'y croit. Chaque parti a l'orgueil comme la grenouille. On aura une grande déception, ou un soulagement mitigé. Mais pas de miracle.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    Mais pourquoi chercher de midi à quatorze heures? Le régime Charest est incompétent jusqu'à l'os, il a donné le pouvoir aux lobbyistes de tous poils au point que l'appareil l'Etat est en désintégration, sa politique de développement économique et de création d'emplois a été de tout faire payer par les contribuables pendant que le privé empochait subventions et profits, ses ministres ont trempé dans de multiples affaires louches, jusqu'au bureau du premier ministre qui a été un haut lieu de patronage et de tripotage, comme l'a démontré la commission Bastarache. Me semble que c'est assez?

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    Sondage Crop La Presse
    Chez les électeurs francophones, le PQ domine largement ses adversaires avec 36 pour cent d'appui, suivi par la CAQ avec 28 pour cent et le PLQ loin derrière avec seulement 22 pour cent. Le PLQ réussit à garder la tête du peloton grâce au vote des anglophones et des allophones qui se rangent massivement, à 70 pour cent, derrière lui.
    La seule certitude des libéraux est le vote acquis des anglophones et des allophones. Quand on voit ce qui s'est passé au cours de la dernière élection fédérale, tout peut arriver, le pire comme le meilleur. Charest serait mieux de commencer à faire ses valises, je ne suis pas certain que la population va apprécier d'apprendre le total des subventions pré-électorales qui tournent autour d'un milliard et qui va aller rejoindre le déficit du Québec.

  • Pïerre JC Allard Répondre

    26 juillet 2012

    "pourquoi alors ne pas dénoncer la stratégie de Charest en mettant la lumière ...
    Parce que TOUT est déjà en lumière. Ceux votent pour Charest le font en connaissance de cause, chacun a la hauteur de ce qui l'en intéresse et de ce qu'il peut en comprendre. À moins d'un fait nouveau transcendant, très peu de gens changeront d'avis durant cette campagne et, les médias étant évidemment du coté du pouvoir, si changement il y a ce sera en faveur de Charest et non en sa défaveur.
    Quand il y a des "surprises", regardez bien et vous verrez qu'elles découlent toutes d'une manipulation de l'information par les médias. Ici, la surprise pourrait être des gains étonnants de Legault... menant a un gouvernement minoritaire PLQ-CAQ, puis a une démission de Charest dans un an, laissant la place à Legault à la tete d'un parti unifié un peu plus a droite... et lavé de tous ses scandales.
    Pierre JC Allard

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    La stratégie du Parti Libéral du Québec ressemble plus à la fille dépourvue d'attrait, voulant sortir dans un bar un samedi soir pour mettre le grappin sur un beau gars. Elle s'organise pour mettre une perruque blonde lui permettant d'avoir enfin de beaux cheveux longs dépassant le milieu de son dos. De plus, dans l'après-midi, elle va s'acheter un soutien-gorge rembourré la faisant passer pour un 34CC au lieu d'un 34B.
    Le soir venu, le poisson n'y voit que du feu. Lorsqu'il se réveille le lendemain matin, il se demande ce qu'une brune aux cheveux courts fait dans sa piaule.
    Bien souvent, elle ne sera parvenue à attirer qu'un seul poisson. Il y en aura 12 autres qui auront vu venir le coup!

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    Message à Didier
    Voici un passage que j'ai trouvé sur le site d'Étienne Chouard et qui rejoint vos propos:
    Fichier à télécharger : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/multimedia/Guillemin_Le_fascisme_en_France_1987.mp3
    Je suis content de retrouver dans cette conférence de Guillemin LE SENS PROFOND DU TERRIBLE MOT "FASCISME", qui correspond au sens que je lui donne intuitivement depuis des années :
    le fascisme est L'IDÉOLOGIE QUI REMET —DE FORCE— L'ÉTAT AU SERVICE DES POSSÉDANTS QUAND LES ÉLECTIONS N'Y SUFFISENT PLUS.
    Les plus riches privilégiés, — APRÈS avoir été farouchement parlementaristes tout le temps (19e siècle et début 20e) où le gouvernement dit représentatif conduisait systématiquement au pouvoir des "républicains pour rire" (c'est-à-dire strictement au service des affairistes et des banquiers) —, ces mêmes privilégiés, donc, sont DEVENUS au contraire violemment antiparlementaires avec la montée des socialistes aux élections et la vive crainte que le (faux) "suffrage universel" ne leur garantisse plus d'accaparer tous les pouvoirs politiques. Nota : les mêmes ultra-riches sont ensuite REDEVENUS parlementaristes quand l'appropriation des (très importants) médias de masse et la corruption des (très importants) partis dits "de gauche" ont rendu au gouvernement dit représentatif cette vertu —très convenable— de donner TOUJOURS le pouvoir aux plus riches.
    Hitler, Mussolini, Franco et autres Pinochet — ainsi que l'Union européenne — garantissent aux plus riches privilégiés le maintien de "l'ordre social", c'est-à-dire l'affaiblissement maximum des syndicats et des salaires, ainsi que l'impuissance politique et la docilité des salariés, travailleurs condamnés aux travaux forcés au profit des propriétaires.
    Et ce n'est pas le PQ qui va changer tout cela. En Espagne, c'est le Parti socialiste ouvrier espagnol (le PSOE) qui a mis le pays dans la marde avant de perdre le pouvoir à la droite qui continue la même politique du tout au marché, mais en pire.
    Pierre Cloutier

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    À vous lire, nous sentons précocement que vous appréhendez une autre victoire de l'Oligarchie appuyée et soutenue par le bras manipulateur des médias. Serait-ce que les dés sont pipés d'avance ?

  • Archives de Vigile Répondre

    26 juillet 2012

    "...j’ai été d’abord sidéré par le cruel réalisme des propos de l’auteur relativement au nœud gordien dans lequel nous engouffre Jean Charest par son côté de stratège machiavélique..."
    Monsieur Marineau,
    Nous sommes à l'époque des stratèges. Voici ce que dit à ce propos monsieur Bernard Frappier, fondateur et directeur de Vigile.net dans un article intitulé "Le temps des stratèges":
    "La "Politique ordinaire" - oligarchique - consiste à exercer le pouvoir dans l’intérêt des possédants, hier encore discrets, aujourd’hui exhibitionnistes, bondissant de nations-hôtels en clubs privés, sans plus se soucier de leur image. Ici, les Fedlers poursuivent des buts cachés, inavoués, comme toute oligarchie est condamnée à le faire, leur intérêt étant opposé à l’intérêt commun, bien évidemment. Leurs stratégies : mensonges, ruses, duplicités, manipulations, tromperies, détournements, etc."
    http://www.vigile.net/Le-temps-des-Strateges
    Jean Charest est d'abord et avant tout un stratège ou, l'on pourrait dire, une machine à gagner des élections.
    Et lorsque la stratégie ne fonctionne plus pour protéger l'intérêt des possédants, la police et l'armée, dont la fonction première est justement la protection des intérêts et avoirs des possédants, interviennent pour protéger ces "méritants" de nos méritocraties contre ceux qui n'ont plus rien, qui vivent l'insécurité alimentaire etc...
    La société ne fonctionne pas autrement. Autrement dit, si la méritante oligarchie riche n'arrivait pas à faire élire ses politiciens, elle utiliserait probablement la police et l'armée pour "rétablir l'ordre".