TRANSPORT PÉTROLIER

Une évaluation environnementale réclamée d'urgence à Sorel-Tracy

3ff0e84887e7cef6d771f0b3e06f04a7

Un besoin qui s'impose

Nullement rassurée par les propos de ministres du gouvernement Couillard, qui minimisent les risques du transport pétrolier sur le Saint-Laurent, la politicienne Corina Bastiani réclame d’urgence une évaluation environnementale du transbordement de brut des sables bitumineux à Sorel-Tracy. Hydro-Québec, qui a vendu au privé les installations qui permettent aujourd’hui l’exportation de ce pétrole, a pour sa part refusé de préciser au Devoir les détails de cette vente.

« Du jour au lendemain, nous sommes devenus une plaque tournante pour l’industrie pétrolière. Des trains transportant du pétrole passent sur notre territoire, des matières dangereuses sont entreposées ici et des pétroliers repartent chargés de brut. Mais nous n’avons jamais été consultés et aucune évaluation des risques n’a été menée », a déploré mardi Mme Bastiani, chef de la formation politique municipale Parti d’Aujourd’hui.

Selon elle, le gouvernement du Québec devrait donc mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement pour étudier ce projet industriel, qui constitue une première dans l’histoire du Québec.

Elle n’est pas la seule à s’inquiéter de ces opérations menées pour faciliter l’exportation de pétrole albertain. À Sorel-Tracy, on redoute le passage des trains chargés de pétrole de l’Ouest, mais aussi du chargement de pétroliers. Une manifestation a d’ailleurs réuni plus de 2500 personnes il y a un peu plus d’une semaine.

De Hydro à Suncor

Les trains chargés de brut albertain appartenant à la pétrolière Suncor arrivent régulièrement à Sorel-Tracy en passant par plusieurs zones habitées, notamment dans la région de Montréal. À Sorel-Tracy, ils longent carrément des quartiers résidentiels.

Le pétrole est stocké dans un parc de réservoirs d’une capacité de 3,2 millions de barils. Quant au quai, racheté par l’entreprise Kildair à Hydro-Québec en 2011, il peut accueillir des navires-citernes d’une capacité de 70 000 tonnes métriques « et jusqu’à 350 000 barils de produits pétroliers ».

Les terrains et les installations ont été rachetés à la société d’État pour un montant total de 2,7 millions de dollars, selon ce qu’indique l’acte de vente notarié transmis au Devoir. Cette vente est intervenue après la fermeture de la centrale au mazout de Tracy.

Hydro-Québec a toutefois été avare de commentaires mardi quant à cette vente d’un actif étatique à une entreprise privée. « Hydro-Québec n’a aucun lien avec les décisions de l’entreprise quant à l’utilisation du quai et des réservoirs à la suite de la vente. Il s’agit d’une transaction de nature commerciale et confidentielle et Hydro-Québec n’entend pas dévoiler les détails de la vente », a-t-on répondu par courriel.

Risques environnementaux

Les imposants pétroliers qui doivent partir de Sorel-Tracy, à un rythme d’un à trois par mois, empruntent une partie particulièrement risquée de la voie maritime du Saint-Laurent. Le secteur du lac Saint-Pierre, notamment, est peu profond et la portion navigable y est très étroite. Ce lac a en outre été désigné par l’UNESCO comme réserve mondiale de biodiversité.

Par ailleurs, le Québec sera de plus en plus un point de passage pour faciliter la mise en marché du pétrole venu de l’Ouest. Les pétroliers seront donc de plus en plus nombreux à naviguer sur le Saint-Laurent, entre Montréal et Québec. Avec l’inversion du pipeline 9B d’Enbridge, Ultramar entend acheminer par bateau du brut jusqu’à sa raffinerie de Lévis. Deux navires devraient faire la navette sur une base hebdomadaire.

La capacité d’intervention en cas de déversement est toutefois inadéquate pour répondre à tout incident majeur, selon le professeur Émilien Pelletier, de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski. Par exemple, il est pour ainsi dire impossible de récupérer du pétrole brut en présence de glace. Et il est difficile de prévoir comment se comportera du brut lourd tiré des sables bitumineux.

En outre, aucune municipalité riveraine du Saint-Laurent ne possède de plan d’urgence en cas de marée noire, notamment en ce qui a trait à la gestion de son approvisionnement en eau potable. Le gouvernement fédéral permet aux pétrolières de se doter d’une capacité d’intervention limitée à 10 000 tonnes de pétrole. Or, les pétroliers qui circuleront sur le fleuve au cours des prochaines années transporteront de 7 à 20 fois plus de brut.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé