Gaspésie: un nouveau gisement contiendrait plus de 800 millions de barils de pétrole

188cf2763b9d525212bcad2c3703e90e

Vieux truc des pétrolières pour obtenir des incitatifs fiscaux

L’entreprise Pieridae Energy, qui vient de prendre le contrôle de Pétrolia, affirme que le gisement Bourque, situé en Gaspésie, pourrait contenir plus de 800 millions de barils de pétrole. Il s’agit d’un développement majeur pour ce projet, qui a toujours été présenté pour son potentiel en gaz naturel. Le gouvernement du Québec est le principal partenaire de l’entreprise dans le projet Bourque.



Par voie de communiqué, l’entreprise albertaine Pieridae Energy a annoncé jeudi une « mise à jour » concernant le projet Bourque, à la suite d’analyses portant sur un nouveau forage et des tests de production réalisés cette année.



Selon un rapport d’évaluation du projet Bourque rédigé par la firme Sproule — la même qui avait évalué le potentiel pétrolier d’Anticosti —, le « gisement » situé à l’est de Murdochville pourrait contenir un « volume de pétrole initialement en place » de 827 millions de barils de pétrole.



« Le rapport évalue à 90 % les chances que ce volume soit de 256 millions de barils [estimation basse] et à 10 % de chances que le volume soit égal ou supérieur à 1606 millions de barils [estimation haute] », a indiqué Pieridae Energy dans son communiqué. Cela signifie que l’estimation la plus optimiste fait état de la présence de plus de 1,6 milliard de barils de pétrole.



Ces estimations préliminaires « ne tiennent pas compte du facteur de récupération des hydrocarbures en place ni du caractère économique de leur développement éventuel », précise cependant le communiqué.



Appui du gouvernement



Le projet Bourque, entamé dès 2012 par Pétrolia, a reçu des appuis politiques et financiers de la part du gouvernement Couillard. L’entreprise Pétrolia a notamment reçu 12,3 millions de dollars pour développer ce projet d’exploration, par l'entremise du fonds Capital Mines Hydrocarbures, en plus d’avoir bénéficié d’un autre investissement de 9,4 millions dans le même projet de la part d’Investissement Québec.



Le gouvernement du Québec est d’ailleurs un partenaire majeur dans le développement de ce projet, à hauteur de 45 %, derrière Pieridae, qui détient une participation de 51,03 %.



En annonçant les investissements successifs du gouvernement, le premier ministre Philippe Couillard et l’ex-ministre de l’Énergie Pierre Arcand ont cependant toujours présenté le projet Bourque comme un bon projet pour le Québec, misant sur le fait que le gaz naturel pourrait représenter une source d’énergie de « transition ».


>Lire l'article sur Le Devoir.