Une coquille vide réactualisée

Tribune libre


Quelle que soit l'issue du vote sur la motion conservatrice reconnaissant le Québec en tant que «nation au sein d'un Canada uni», elle ne sera qu'une réactualisation de la coquille vide que s'est avérée l'insignifiante motion sur la société distincte, issue du gouvernement Chrétien et adoptée aux Communes le 28 novembre 1995.
A l'époque, cette motion libérale ne servait
qu'à feindre de respecter la promesse faite en ce sens lors de la campagne
référendaire de 1995. Elle n'a jamais eu la moindre valeur juridique ou
politique. La suite des choses l'aura d'ailleurs largement démontré. Ladite
motion avait beau prier nos bienveillants législateurs fédéraux de «se
laisser guider par cette réalité» afin que jamais plus comme en 1982, les
pouvoirs de l'Assemblée nationale ne soient diminués et ses votes unanimes
ignorés, le gouvernement Chrétien ne s'en est aucunement formalisé avant d'enfoncer dans la gorge des Québécois l'Union sociale canadienne, les Bourses
du Millénaire, la Loi sur la clarté, la répressive nouvelle loi sur les
jeunes contrevenants et tant d'autres initiatives fédérales décriées par les
trois partis présents à l'Assemblée nationale.
Cette fois-ci, les mot «nation au sein d'un Canada uni» ont remplacé
l'expression «société distincte» mais la vacuité juridique est absolument
identique.
Rien n'aura donc changé dans le partage des pouvoirs et les
rapports entre Québec et Ottawa. Qu'à cela ne tienne. On verra bientôt
libéraux et conservateurs se disputer la paternité de ce qui n'est rien de
plus qu'un leurre électoral. Il serait pathétique que des Québécois, même peu nombreux, mordent à cet hameçon.
Christian Gagnon

Montréal

Featured 38a394e6dfa1bba986fca028dccfaa78

Christian Gagnon138 articles

  • 113 932

CHRISTIAN GAGNON, ing.
_ L’auteur a été président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre d’octobre 2002 à décembre 2005





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    23 novembre 2006

    Bref, rien de nouveau sous le soleil. D'un côté comme de l'autre...
    Réal Bilodeau,
    Montréal