Subventions du fédéral en éducation

Trudeau dans le champ de compétences du Québec

La bulle de la discorde

B6070ddffb472081fec7c8b095852ea9

Tribune libre

 


On aura beau louanger le premier ministre du Canada pour sa « générosité » envers le gouvernement du Québec en injectant la somme de 432 millions $ pour répondre à l’« inquiétude des parents » eu égard à la rentrée scolaire, en agissant de la sorte, Justin Trudeau s’ingère sans coup férir dans l’éducation, un champ de compétences strictement provinciales.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement Trudeau a injecté des sommes faramineuses dans toutes sortes de programmes pour venir en aide aux Canadiens, faisant grimper le déficit du gouvernement à quelque 345 milliards $. Or, comme si le budget fédéral constituait « un puits sans fond », M. Trudeau ressort de la poche des contribuables 2 autres milliards $.

En fait, dans ces circonstances, quels sont les motifs qui poussent à payer pour ces mesures alors que l’éducation relève strictement des compétences des provinces? Justin Trudeau est-il en train de mousser sa réélection en se présentant comme un « sauveur » ou, à plus court terme, de garantir sa survie lors du vote de confiance qui aura lieu cet automne?

Bien malin celui ou celle qui pourrait répondre avec certitude à ces deux questions… En attendant, je suis convaincu que François Legault voit dans cette manœuvre de Justin Trudeau un futur retour d’ascenseur lorsque viendra la prochaine campagne électorale fédérale au Québec… Une histoire à suivre!

La bulle de la discorde

Une rentrée scolaire pas comme les autres marquée sous le signe des mesures sanitaires imposées par le contexte pandémique. Tous, parents comme enfants, s’y attendaient. Toutefois, l’annulation du programme sport-études a eu l’effet d’une bombe, particulièrement auprès des jeunes qui s’entrainaient déjà depuis plusieurs semaines.

En termes clairs, le ministre Roberge a décrété que le concept des classes-bulles aura préséance sur toutes les autres activités organisées par les écoles. Donc, si l’équipe de football, où l’on retrouve quand même de 40 à 50 joueurs, est composée d’élèves provenant de trois classes différentes, il n’y aura pas de football à l’école… Jusqu’à ce que le ministre décide que la situation est suffisamment sécuritaire pour implanter le football, ou le soccer ou la natation, etc…

Or, le plus incohérent dans toute cette saga, c’est qu’à la sortie de l’école, ces mêmes élèves, qui ont été privés de pratiquer leur sport à l’école, se retrouveront sur le terrain de la municipalité pour participer soit à des entrainements soit à des matchs inter-équipes. Et tout cela avec la bénédiction de la santé publique!

De vouloir faire en sorte que des joueurs d’une équipe de football se retrouvent dans la même « bulle » tient de l’utopie la plus incohérente, tout d’abord en raison de leur nombre trop élevé, ensuite du fait qu’ils proviennent souvent de degrés différents.

M. Roberge, il n’est pas trop tard pour revenir sur votre décision, à défaut de quoi les jeunes vont carrément abandonner le programme sport-études, un programme, soit dit en passant, qui rehausse le sentiment d’appartenance à l’école publique. 


Henri Marineau

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1473 articles

  • 1 108 939

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé