PRINTEMPS 2012

Serge Ménard se vide le coeur

L’avocat et ancien ministre est amèrement déçu de l’accueil qui a été réservé à son rapport

5d524ee1775e48a281dbce907fccb150

Un travail bien fait

« Je trouve ça épouvantable. L’ont-ils au moins lu, le rapport ? » a lancé Serge Ménard, qui a dirigé la commission d’examen du printemps 2012, comme pour se vider le coeur. L’avocat et ex-ministre de la Sécurité publique est déçu. Déçu et un peu amer. Se confiant au Devoir, il s’est dit « attristé » de la réception de son rapport, qui a été torpillé par les libéraux et critiqué par certains policiers.

Surtout, il ne prend pas qu’on dise qu’il avait un parti pris politique au moment de commencer les travaux de la commission mise sur pied par les péquistes. « Pourquoi détruire ma crédibilité dans l’opinion publique ? » a-t-il dit, la voix empreinte d’émotion, laissant parfois échapper quelques sacres bien sentis. « Je comprends que quand les libéraux disent ça et que la seule raison qu’ils donnent est que j’étais un ministre [du Parti] québécois, il faudrait qu’ils réalisent qu’ils s’excluent pour l’avenir de toute commission. »

Commençant comme procureur de la Couronne au milieu des années 1960, M. Ménard a mené une carrière fructueuse comme ministre, député bloquiste et bâtonnier du Québec, qui l’a amenée à réfléchir sur le rôle des prisons et de la police. Aujourd’hui, à 72 ans, il avait l’impression de boucler la boucle en présidant cette commission bien qu’elle eût connu un faux départ. « C’était mon testament, ce que j’ai réussi de mieux », a-t-il laissé tomber. Il rappelle que les réformes de la Loi sur la police et de la déontologie qu’il a instaurées l’ont été en collaboration avec l’opposition. « C’est pour ça que ça m’a écoeuré qu’on me fasse passer, à 72 ans, pour un gars qui essaie de favoriser un parti plutôt qu’un autre. [Les libéraux], eux, le font pour des raisons politiques, mais c’est à courte vue, a-t-il déploré. On est en train de tout occulter le travail très sérieux qu’on a fait, sur les bonnes pratiques à adopter. »

Si la chose était à refaire, il accepterait le même mandat sans hésiter. « Ce que j’avais à l’esprit quand j’ai abordé le travail, c’est que j’allais laisser aux ministres un outil qui allait leur permettre de comprendre en profondeur les enjeux. » L’idée d’une commission d’examen, et non pas une commission d’enquête qui aurait pris « un temps fou » et qui aurait coûté beaucoup plus cher, lui convenait. « Je croyais, peut-être avec beaucoup d’orgueil, qu’on m’avait choisi parce que j’avais démontré ma compétence en la matière et qu’on sentait le besoin de faire rapidement le point, notamment sur les affrontements qui ont eu lieu avec la police. Je pense que j’avais l’avantage d’avoir été un ministre de la Sécurité publique qui avait de grandes réalisations à son actif », a-t-il soutenu, évoquant ses bons coups comme la création de l’escouade Carcajou et la gestion de la sécurité au sommet des Amériques.

« Je ne blâme pas, je constate »

M. Ménard en veut aux médias et aux éditorialistes qui n’ont pas pris la peine de bien lire le rapport. « Lisez-le, le rapport. Lisez-le au complet et les raisonnements qu’il y a derrière. Pas seulement les recommandations ! »

Il se défend d’avoir blâmé le gouvernement libéral qui était en poste pendant la grève étudiante de 2012. « Je ne blâme pas, je constate. On s’est demandé comment on aurait pu éviter la crise, et la meilleure suggestion est venue de Claude Castonguay, un ex-ministre libéral en plus ! Il a été le premier à dire qu’il aurait fallu de la médiation et je n’ai pas trouvé de meilleure réponse à cela. »

Il n’avale pas non plus qu’on lui reproche d’avoir pris le parti des étudiants. « On l’a dit aussi que les étudiants avaient renié leur parole », a souligné M. Ménard. « On me dit que je vante les étudiants, mais toutes les manifestations qui ont été organisées par les associations étudiantes se sont bien déroulées. Je les ai fait témoigner publiquement pour qu’ils l’expliquent bien, et il y en a trois-quatre qui sont venus me dire qu’ils contactaient la police et que jamais la police ne leur a refusé un trajet pour des raisons politiques. »

Et sur les policiers, il enchaîne : « Je n’ai pas blâmé LES policiers, j’ai blâmé DES policiers. Mais encore là, je les comprends et je leur dis : “ vous avez un rôle noble et un rôle difficile, et parfois frustrant ”, note-t-il. Dans le rapport, je leur dis que je suis fier de cette profession et je dis simplement qu’ils doivent l’être aussi. S’ils ont la conviction profonde qu’ils jouent un rôle aussi noble, ils vont mieux résister aux crachats et aux insultes. » Mais il n’a pu s’empêcher de pointer certains « abus ». « Il y a eu peu d’actes répréhensibles, mais peu, c’est trop. Je suis un idéaliste. » Ici, un regret : de ne pas avoir dit tout le bien qu’il pense de Marc Parent, le directeur du Service de police de la Ville de Montréal. « J’aurais pu l’écrire, mais j’ai voulu garder mon impartialité. »

Quelques cafouillages

Non. M. Ménard ne désavouera pas son rapport, qu’il croit être un « outil d’une grande valeur » pour les futurs dirigeants. Même qu’il en rajoute un peu. Loi spéciale ? C’est une « mauvaise » loi, destinée « à avoir exactement l’effet contraire ». « Elle n’est pas conforme » à la Charte des droits et libertés. La Sûreté du Québec ? Les policiers ont été « professionnels » mais « ont manqué de préparation » lors de la journée qui a tourné en émeutes à Victoriaville. Les arrestations de masse ? Très contestables. « C’était fait pour décourager les jeunes parce que la police trouvait que ça dégénérait. Il y a eu là une forme d’abus », dit-il en admettant qu’il y avait des circonstances atténuantes.

Quelques mesures seraient à mettre en place en priorité : un moratoire sur les balles de plastique — « extrêmement dangereuses, on aurait pu avoir des morts avec ça » — et la formation des policiers au niveau collégial qui est justement trop « technique ».

Le Québec est-il mieux outillé pour prévenir de telles crises ? Je l’espère bien, s’est écrié Serge Ménard avant d’ajouter, non sans amertume : « Mais hélas ! aujourd’hui on gagne des élections “ contre ”, pas “ pour ”. C’est une réalité de la vie. »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé