Attachement au drapeau fleurdelisé

Québec, désert commémoratif (MNQ)

Honneur aux méritants

Tribune libre


La journée du drapeau passe inaperçue au Québec: surprise? Qui connaît la différence entre fleur de lys et fleurdelisé? Qui n'a pas une petite hésitation à pavoiser, à montrer son drapeau? Plutôt s'abstenir que de croiser ces regards entendus de la part des "rendus ailleurs": hem... ceinture fléchée, a'ec ça?
Quand on dit: Dénationalisés! Vaincus et jamais relevés! Faire oublier son identité par les successful! Se fondre dans la foule... Pas que pour le drapeau: pour l'Histoire en général. Et l'Histoire est écrite par les conquérants. Des monuments, des bronzes monumentaux, il n'en manque pas réellement aux centres-villes. Mais nos Centres sont souvent...restreints. Et notre champ de vision, quant aux commémorations dans les grandes capitales...restreint aussi. En Europe, en Amérique Latine, verrions-nous un rond de sol réservé au gazon, monoculture nuisible? On y érigerait une "glorietta", une oeuvre d'art public pour commémorer une personne méritante, un événement, heureux ou malheureux. Nous, nostalgiques des labours, nous honorons le gazon! Les artistes urbains, comme les chercheurs professionnels, passent plus de temps en paperasse pour justifier un projet auprès d'élus à court terme, pensant à leur réélection, plus de temps donc, qu'à planifier et créer une ouvre significative dans son environnement.
Le Mouvement National des Québécois nous rappelle justement qu'il ne faut pas dormir devant la création actuelle du programme des Célébrations du 375ième anniversaire de la fondation de Montréal par Jeanne-Mance et Maisonneuve. Suffit de réaliser que le Canada s'y est bien fait représenter pour y superposer le 150ième du Canada... Remember Q400! Le fleurdelisé remplacé mur à mur par une effigie (neutre) d'un bateau de Champlain... On n'y a vu que du feu. Le roi des comiques montréalais domine aujourd'hui le comité d'organisation des Fêtes...festives! Si on se donne la peine d'examiner où en est le programme...on trouve du "party time". La commémoration de fondation de Montréal ne devrait-elle pas offrir au visiteur Notre culture particulière, seule nation de langue française en Amérique? Notre Histoire, conséquences (bonnes et mauvaises) du changement de Régime, plus audacieusement, la barbarie avec laquelle nos Ancêtres ont subi cette lancinante période de conquête militaire, inhumaine.
Bon, n'extrapolons pas. On ne Nous demandera pas de Nous substituer au comité organisateur, pas plus que de Nous questionner sur sa formation. Nous pouvons cependant travailler en urgence à proposer des projets: les célébrations commenceront dans 11 mois!
Un exemple d'effort en marche: l'Allée Des Infirmières. Loin, loin, loin, dans l'est de Montréal...(pas si loin) coin Sherbrooke/Autoroute 25,tunnel Hypo-po. Dans les années 1940, un hôpital y fut érigé, en pleine campagne, pour soigner les patients atteints de Tuberculose: Jewish Hospital of Hope. Hôpital Juif de l'Espérance (maintenant relogé dans l'ouest de la ville). Les nombreuses infirmières qui s'y dévouèrent devaient arriver par le transport en commun, de Pointe-Aux-Trembles comme du Centre. L'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve prit l'initiative, il y a 5 ans, de commémorer cette époque en nommant Allée Des Infirmières le trottoir qui borde l'actuel complexe de co-propriété d'habitation, passage piéton vers la Place Versailles. On mentionne aussi l'ancien site de l'hôpital sur l'affichette nommant le boisé voisin au nom de Michel Bourdon, personnalité célèbre.
Le hic, c'est Notre humilité dans la commémoration. L'absence d'art urbain pour la mettre en valeur. Le manque de temps des élus pour prévoir l'art public, manque aussi de fonds... L'Allée Des Infrmières est identifiée, en son centre, par une affichette rivetée sur un mètre cube de béton coulé. En hiver, on trouve ce cube comme une nuisance pour le chasse-neige: le socle enfoui, écorché de ses coins... La bonne intention de la ville y est pourtant inscrite: commémorer l'hôpital juif et surtout, TOUTES LES INFIRMIÈRES S'ÉTANT DÉVOUÉES SUR LE TERRITOIRE DE MONTRÉAL DEPUIS JEANNE MANCE... Rien que ça! On n'oublie pas le magnifique bronze de Philippe Hébert honorant l'oeuvre de Jeanne Mance à l'Hôtel-Dieu, pas plus que sa présence réduite au pied du monument de Maisonneuve, Place d'Armes... on n'oublie pas la belle avenue Jeanne-Mance longeant fièrement le boulevard St-Laurent, jonction classique entre l'Est et l'Ouest... L'Association Langres(ville natale de J.M. en Champagne)-Montréal à qui nous devons la reconnaissance de J.M. dans la fondation, nous incite à profiter du 375ième, pour honorer Jeanne-Mance, qui n'a pas co-fondé que les Habitations Jeanne-Mance, mais TOUTE la ville de Montréal.
Un ouvrier-artiste (Léopol Bourjoi) impliqué dans le projet d'amélioration de l'Allée Des Infirmières le dit nettement: "Pour parler d'une infirmière, il faut montrer une infirmière". Hasard, des infirmières émérites arrivent en fin de vie, dans ce secteur et souhaitent s'inscrire en permanence parmi celles qui ont marché dans les pas de Jeanne Mance. Allons-nous laisser passer cette occasion de commémorer des femmes méritantes (elles ne réclament pas des funérailles NATIONALES), des infirmières organisées et efficaces, des leader du xxième siècle dans le système de santé? Commémorer cette "première ligne" , pas seulement par un temporaire cube de béton-nuisance, mais par un mausolée digne de ce nom, placé bien à l'honneur, dans ce triangle formé par les 2 branches de l'Allée Des Infirmières.
Note: Le Maire Réal Ménard doit prendre une décision dès février...l'aiderons-nous à réfléchir? Ouhgo

Squared

Ouhgo (Hugues) St-Pierre197 articles

  • 206 434

Fier fils de bûcheron exploité. Professeur retraité d'université. Compétences en enseignement par groupes restreints, groupes de réflexion, solution de problèmes. Formation en Anglais (Ouest canadien), Espagnol (Qc, Mexique, Espagne, Cuba), Bénévolat latinos nouveaux arrivés. Exploration physique de la francophonie en Amérique : Fransaskois, Acadiens, Franco-Américains de N.-Angl., Cajuns Louisiane à BatonRouge. Échanges professoraux avec la France. Plusieurs décennies de vie de réflexion sur la lutte des peuples opprimés.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    2 février 2016

    Correction: J'utilise, en conclusion du texte, le terme Un mausolée...
    Il vaudrait mieux parler d'un Mémorial, puisqu'il ne renfermera pas de corps sur place.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    27 janvier 2016

    Une Vigilienne me fait remarquer que ce texte est structuré comme un repas gastronomique 4 services: Mise en bouche, le fleurdelisé, Entrée, le salmigondis de présentations du sujet, Plat, l'Art urbain déficient, Dessert, reconnaître les Infirmières émérites dans l'Histoire!
    Pour l'avoir lu d'aussi près, il faut bien qu'elle en pince pour moi, la dame! :-)))
    À moins qu'elle ne soit elle-même de la "race" de ces dames en blanc "inépuisables".