Quand les juges piétinent la démocratie

À partir d'un extrait d'entrevue accordé par Éric Zemmour

6c2c28e870ece9cdcc4962d4f0d78ccd

Tribune libre

Commençons par cet extrait d’entrevue d’Éric Zemmour, polémiste, écrivain, essayiste et journaliste politique français : « Je rappelle que seul le pouvoir politique est élu par le peuple. En dominant le politique, les juges de hautes instances, (telle la Cour suprême au Canada), s’imposent au peuple, et donc foulent aux pieds la démocratie. » Un argumentaire percutant qui met en lumière l’influence énorme du judiciaire sur le politique et, par ricochet sur la démocratie, voire sur le peuple.


Pour illustrer une telle assertion, nous allons partir d’un cas hypothétique : supposons que le nouveau gouvernement caquiste, fort d’une majorité de Québécois, décide d’invoquer la clause dérogatoire pour protéger les producteurs laitiers du Québec contre les mesures imposées par l’ALENA, eu égard à la gestion de l’offre qui est soumise à rude épreuve dans le texte final de l’Accord de libre échange tripartite entre les États-Unis, le Canada et le Mexique.


Dans un tel cas, il est fort plausible que le gouvernement fédéral référera la cause à la Cour suprême du Canada qui tranchera fort probablement en faveur de la Charte des droits et libertés pour faire valoir, par exemple, les droits reconnus de l’Ontario sur l’industrie automobile à l’intérieur de l’ALENA.


Et le Québec s’en retournera bredouille, les juges s’étant dressés comme des fossoyeurs de la démocratie eu égard à la demande légitime de dérogation du Québec.



Henri Marineau, Québec



Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1198 articles

  • 1 170 240

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé