Jusqu'où ira le nationalisme de Legault?

Pour l’instant, du moins, il semble qu’il ait l’intention de se tenir debout pour défendre ses idées…

C3a6307c953be783dcf66dc44a35d1dd

Tribune libre

On peut dire que les relations fédérales-provinciales débutent ardument entre le premier ministre désigné du Québec François Legault et le premier ministre du Canada Justin Trudeau dans l’épineux dossier des signes religieux, le premier voulant défendre le port de signes religieux pour tous les employés de l’État en ligne d’autorité, y compris les enseignants, le second évoquant la charte des droits et libertés comme obstacle aux velléités de François Legault.


À cet argument de Justin Trudeau, M. Legault évoque la possibilité d’utiliser la clause dérogatoire, ce à quoi M. Trudeau lui répond que cette clause ne doit être utilisée qu’à des fins exceptionnelles. Un climat qui déteint considérablement en terme de tensions entre les deux paliers de gouvernements qui n'ont pas été à couteau tiré depuis bien des années, Mm. Couillard et Trudeau s'entendant comme larrons en foire.


Et, pour ajouter de l'huile sur le feu, des rumeurs circulent à l’effet que M. Legault envisage de prendre des mesures pour aller à l’encontre de l’ALENA eu égard aux accrocs ayant trait à la gestion de l’offre qui pénalisent les producteurs laitiers du Québec.


La grande question est maintenant de savoir jusqu’où iront les ambitions nationalistes de François Legault. Pour l’instant, du moins, il semble qu’il ait l’intention de se tenir debout pour défendre ses idées… C’est à suivre! 



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1221 articles

  • 1 167 837

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé