QS demande un certificat médical avant l’enregistrement d'une arme à feu

C16163db01aa9cd2e117e8cf1ec4eda5

Les propriétaires n'auront qu'à ne pas enregistrer leurs armes


À l'approche du troisième anniversaire de la tuerie à la mosquée de Québec, Québec solidaire est revenu à la charge, mardi, en sommant le gouvernement de François Legault d’exiger la présentation d’un certificat médical avant l’enregistrement d’une arme à feu.


• À lire aussi: Peine d'Alexandre Bissonnette: 25, 40 ou 50 ans de prison ferme pour Bissonnette?


Le parti considère qu’il n’y a pas assez de vérifications effectuées pour le moment et demande que le contrôleur des armes à feu réclame un certificat médical avant l’enregistrement.


Cette requête va dans le même sens que celles déjà présentées par l’organisme Poly se souvient et les responsables de la grande mosquée de Québec.


«On vise notamment la question de la santé mentale, a expliqué le député d’Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc. [Alexandre Bissonnette] avait menti sur ses antécédents de santé mentale dans le formulaire tel quel et, comme il y a moins de 5 % des demandes qui sont vérifiées, et bien, il était passé dans le système.»


Le député de Québec solidaire a ajouté que l’obligation d’obtenir un certificat médical augmenterait les chances d’avoir «des drapeaux rouges qui sont levés à un moment ou un autre de tout ce processus-là.»


Pas de «risque zéro»


Alexandre Leduc est conscient que l’obligation de fournir un certificat médical n’éliminerait pas complètement les risques. Il a cependant précisé qu’«entre le risque zéro et ce qui nous semble pas tout à fait adéquat actuellement [...] le certificat médical nous semble quelque chose d’intéressant à coût nul pour l’État.»


De son côté, le cabinet de la ministre de la Sécurité publique s'est dit «toujours prêt à discuter avec le fédéral concernant des mesures pour améliorer le contrôle des armes à feu» et a souligné que «le Québec est déjà l’État le plus strict pour le contrôle des armes à feu en Amérique du Nord».


«Il faut souligner que nous devons lutter de façon efficace contre le crime organisé et les criminels qui eux, n’enregistrent pas leurs armes», a aussi fait valoir le cabinet.


À ce jour, on estime que 80 000 armes à feu n’ont toujours pas fait l’objet d’un enregistrement auprès du contrôleur des armes à feu.


- Avec les informations d’Alain Laforest, TVA Nouvelles