Premier Parlement: gommer l’histoire

A493f57ac370bf86c4cd6f478d2d61a3

« Ottawa qui se sert de son pouvoir de dépenser pour s’approprier l’histoire du premier Parlement du Québec en la dénaturant. »

Parcs Canada a refusé que le monument Le député arrivant à Québec soit installé là où il devait être, dans le parc Montmorency au coeur du Vieux-Québec, sur les lieux mêmes où ont siégé les élus du Parlement du Bas-Canada de 1792 à 1838. L’Amicale des anciens parlementaires du Québec et l’Assemblée nationale voulaient ainsi souligner le 225e anniversaire du premier Parlement de la nation québécoise.


La statue a plutôt été placée dans l’allée centrale de l’hôtel du Parlement, sur les terrains de l’Assemblée nationale, à un kilomètre du lieu historique. Et comme si on voulait rappeler l’assujettissement de la démocratie québécoise au pouvoir fédéral, c’est Patrimoine Canada qui a délié ses goussets pour financer — au coût de 225 000 $ — l’oeuvre, un agrandissement du bronze original conçu par le sculpteur Alfred Laliberté entre 1927 et 1931, comme le rapportait Le Devoir.


Le 6 juillet dernier, le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a inauguré le monument aux côtés du ministre fédéral de la Famille, Jean-Yves Duclos. Aveuglé par sa complaisance, le président s’est dit « très heureux » de la tournure des événements. Étrangement, il ne s’est pas adressé au gouvernement du Québec ni à sa Commission de la capitale nationale pour obtenir une aide financière. De mémoire d’homme, c’est la première fois qu’Ottawa subventionne l’Assemblée nationale.


Cette appropriation fédérale a toutefois déplu à certains membres de l’Amicale, dont les promoteurs du projet, les anciens députés péquistes André Gaulin et Matthias Rioux, qui ont refusé de participer à cette imposture historique.


D’aucuns n’y verront pas de quoi fouetter un chat : la présence du Député arrivant à Québec là où il n’a jamais siégé ne serait que vétille symbolique.


Or, l’histoire est faite de symboles, des symboles qui s’appuient sur des faits. Comme l’a rappelé Gaston Deschênes, l’ancien historien de l’Assemblée nationale, les premiers parlementaires québécois ont siégé pendant près de 50 ans là où se trouve aujourd’hui le parc fédéral Montmorency, au sommet de la côte de la Montagne, ce qui en fait « un lieu très symbolique ».


La raison invoquée par Parcs Canada pour justifier son refus d’accéder à la requête de l’Assemblée nationale ne manque pas d’ironie. Le parc Montmorency est réservé à la commémoration du Canada-Uni : son Assemblée législative a siégé sporadiquement à cet endroit moins de dix ans au total, entre 1852 et 1865.


Il est bon de rappeler que l’Union du Bas-Canada et du Haut-Canada a été imposée à la suite du rapport Durham dans le but d’assimiler les Canadiens français en bannissant la langue française de la législature et de réduire leur poids politique en les privant de leur Parlement et de leur majorité. Même Louis-Hippolyte La Fontaine, bien qu’il jugeât que les Canadiens français pouvaient tirer profit de l’Union, reconnaissait que le régime avait été conçu pour les écraser.


Ce que les autorités fédérales ne veulent pas commémorer au parc Montmorency, c’est tout le contraire : un Parlement contrôlé par les Canadiens français, lieu des combats des Pierre-Stanislas Bédard et Louis-Joseph Papineau du Parti canadien, rebaptisé Parti patriote. Qu’elles donnent toute la place à l’éphémère et bancal Canada-Uni est un choix politique qui n’est pas anodin. C’est la mémoire des patriotes qu’Ottawa refuse ainsi de rappeler au sein du Vieux-Québec, lui qui a la haute main sur la plupart des sites historiques d’importance de la capitale nationale.


Ottawa a la fâcheuse tendance de vouloir gommer l’histoire, de l’édulcorer afin de la rendre lisse et harmonieuse, tel un Tartuffe qui la réécrirait à sa convenance. On confine l’histoire à l’insignifiance, ce qui est une forme de mépris.


Tant pis si les touristes sont induits en erreur en croyant que le député du Bas-Canada dont ils contemplent la statue a siégé au Parlement qui se trouve derrière elle. Tant pis si la mémoire du premier Parlement du Québec est occultée dans le Vieux-Québec qu’ils visitent.


Et puisqu’il est question de symboles, cette affaire en recèle quelques-uns. Ottawa qui se sert de son pouvoir de dépenser pour s’approprier l’histoire du premier Parlement du Québec en la dénaturant. Et en la personne du président de l’Assemblée nationale, une élite veule et servile qui accepte, pour une poignée de dollars, de se soumettre à la volonté suprême et de flatter, avec moult salamalecs, la main qui la nourrit. Cela en dit beaucoup sur l’histoire de ce pays finalement.


Par respect pour la réalité historique, Ottawa devrait revoir sa décision. Une des pires choses qui peuvent arriver à un peuple, c’est que son histoire ne veuille plus rien dire.