Pourquoi Legault veut être premier ministre?

63102747a9ccaf69163efdbad84a922d

20 ans en politique : les nombreux revirements de Legault

Lors du débat des chefs, certains ont sursauté lorsque François Legault a dit pour quelle promesse il démissionnerait s’il ne parvenait pas à la réaliser : « Je ferais de la politique seulement pour la maternelle 4 ans. »


C’est surprenant. Parce qu’en 20 ans de politique, parmi toutes les priorités que François Legault a eues, la maternelle 4 ans, c’est plutôt nouveau.


Les priorités se succèdent


Comme ministre de l’Éducation, M. Legault avait fait de l’équité intergénérationnelle une priorité. Au Sommet de la Jeunesse, en 2000, il s’adresse aux jeunes : « Si vous ne vous impliquez pas, vous allez vous faire fourrer ! »


Après qu’il eut menacé de démissionner si les engagements pris au Sommet n’étaient pas respectés, des anciens du mouvement étudiant se rassemblent autour de lui. Avec eux, il fera circuler l’idée d’un référendum sur le rapatriement de points d’impôts, pour faire avancer le Québec en attendant la souveraineté.


Une fois dans l’opposition, mais toujours au PQ, il est le plus pressé des pressés en matière de souveraineté. Il publie Les finances publiques d’un Québec souverain.


Legault développe aussi le discours de l’efficacité économique. Lorsqu’il déclare que les Québécois n’ont plus l’appétit des grands projets collectifs, en 2008, il en appelle néanmoins à un grand rattrapage. « Pendant que le Québec marchait, nos concurrents couraient », répète-t-il. Il plaide pour un dégel des tarifs d’électricité, une idée abandonnée depuis.


Puis il quitte le PQ. Puis il fonde la CAQ. Déplorant ouvertement la place consacrée aux débats sur la souveraineté, l’identité et la corruption, il souhaite qu’on fasse de l’économie une priorité.


À partir de ce moment-là, les priorités changent à une vitesse folle. Recrutant Jacques Duchesneau à la veille des élections de 2012, il devient le champion de l’éthique et de la lutte anticorruption. Au PQ, l’angle d’attaque est tout trouvé. « Legault n’est pas fiable. »


En 2013, c’est alors le Projet Saint-Laurent qu’il met de l’avant. Une idée intéressante pour faire contrepoids au Plan Nord, dont on entend encore parler une fois de temps en temps.


Puis, en 2014, François Legault table sur la lutte au gaspillage, en traînant sa charte du contribuable. Sa campagne courageuse d’alors lui permet d’éviter le naufrage.


En 2015, Legault se cherche, face à Pierre Karl Péladeau qui lui vole sa marque économique. Il présente donc en 2016 une plateforme constitutionnelle. Un discours identitaire s’ajoutera lors de l’émergence de Jean-François Lisée.


Aujourd’hui, François Legault fait campagne avec un programme social-démocrate en promettant de dépenser plus que le PQ. Et il dit désormais qu’il est en politique pour la maternelle 4 ans.


Inconstance


En gros, la seule constance dans les priorités de François Legault, c’est leur inconstance.


On dit souvent de cet homme qui sera peut-être notre premier ministre qu’il est victime de son manque de charisme et d’habileté politique. C’est injuste. M. Legault arrive toujours dans les premiers quand on mesure la cote d’amour des politiciens, et ce, depuis longtemps.


Toutefois, si peu de gens détestent foncièrement François Legault, il faut constater aussi que peu de gens l’aiment à la folie.


Se pourrait-il que ça ait quelque chose à voir avec le fait qu’après 20 ans, on a bien compris que François Legault désire être premier ministre, mais qu’on ne sait toujours pas pourquoi ?


Featured 9c815ec71af61853ddb55725d4feb1f8

Claude Villeneuve128 articles

  • 28 660

L’auteur est blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec. Il a été président du Comité national des jeunes du Parti Québécois de 2005 à 2006 et rédacteur des discours de la première ministre Pauline Marois de 2008 à 2014.