Trop de droits acquis aux anglophones

Pour une école en français au Québec

Le français doit progresser partout

Tribune libre


La communauté anglophone bénéficie de droits acquis exagérés dans le choix de la langue des enfants à l'école; ces privilèges gagneraient à être révisés. Ils ont des avantages que les francophones hors-Québec n'ont même pas. Ces droits acquis nuisent à l'avancée de la langue officielle de notre société.

Quelques changements à apporter à la loi actuelle:

- Actuellement: l'enfant peut aller à l'école anglaise si l'un des deux parents est anglophone. Changement: l'enfant ira à l'école française.

- Dans les classes où le nombre d'enfants anglophones n'est pas suffisant pour former une classe, ils iront à l'école française.

- Les anglophones venant du reste du Canada et s'établissant au Québec devront envoyer leurs enfants à l'école française.

- Les anglophones venant d'autres pays et s'établissant au Québec devront envoyer leurs enfants à l'école française.

En conclusion, dans une société québécoise francophone, le but à moyen terme doit être que l'école anglophone diminue avec le temps et finisse par laisser l'espace à l'école et à la société francophones.

Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie533 articles

  • 1 005 083

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 février 2010

    CHEZ LES FRANCOPHONES
    Le conseil des commissaires de la Commission Scolaire Marie Victorin décide de fermer les écoles Samuel de Champlain et des Quatres Vents le 24 février 2009. Deux écoles Québécoise modèles de tous points de vue. Ces petites merveilles faisaient vivre et battre le coeur de nos quartiers !
    CHEZ LES ANGLOPHONES
    Au mois de décembre dernier, le conseil des commissaires de la Commission scolaire Riverside a voté contre la proposition de fermeture de l’école Terry Fox
    EN PLEIN BASTION DE SOUVERAINISTES !!!
    Devinez l’erreur

  • Archives de Vigile Répondre

    10 février 2010

    Évidemment. Le problème c'est que vous ne pouvez même pas compter sur le PQ pour mettre en place une telle mesure qui serait vue comme étant normale dans un pays qui se respecte.

  • Archives de Vigile Répondre

    10 février 2010

    Monsieur Labrie
    Dans un Québec indépendant, c'est fini les passe-droit aux écoles anglaises et toutes ces subventions aux universités anglophones. La langue française devenant la seule langue officielle du pays du Québec, les anglophones devront s'intégrer ou déménager aiileurs et je ne pleurerai pas leur départ. Terminus le mépris!
    André Gignac, Patriote le 10/2/10