Université Laurentienne

Place aux groupes les plus « payants »

Le monde à l’envers

Tribune libre



En faisant le choix d’éliminer 69 programmes dont 28 en français pour se concentrer sur les domaines d’étude « les plus demandés », les dirigeants de l’Université Laurentienne à Sudbury au nord de l’Ontario ont, de façon grotesque, marchander des élèves et des enseignants de langue française pour des raisons essentiellement mercantiles…Et dire que le gouvernement fédéral d’Ottawa, en Ontario, prône les bienfaits d’un Canada bilingue…Tout simplement scandaleux!

On se croirait dans une entreprise où le propriétaire, faisant face à des difficultés financières, décident de liquider son stock le moins prisé par sa clientèle, ce qui, en affaires, est tout à fait légitime. Or, quand les « produits liquidés » sont des personnes humaines, notamment dans le cas présent des étudiants et des enseignants francophones, c’est le respect des droits des minorités francophones au Canada « qui en prend pour son rhume ».

Pour avaliser sa décision, l’Université Laurentienne est passée par la Loi sur les arrangements avec les créanciers, court-circuitant de facto la convention collective eu égard aux postes excédentaires. 

Nonobstant le fait que toute cette saga sur le déficit de l’université provient des coupures draconiennes du gouvernement conservateur de Doug Ford, il m’apparaît inconcevable que toute une génération d’étudiants francophones se voient freinés dans leurs études, voire abandonnés sans vergogne 

Le monde à l’envers

Au moment où les gouvernements tergiversent toujours sur la prohibition de porter des armes de poing, les membres de Projet Montréal, réunis en congrès, ont approuvé une proposition visant à revoir la nécessité pour les policiers de porter une arme.

Autrement dit, les forces de l’ordre chargées de la protection et de la sécurité de la population contre des malfrats armés se retrouveraient désarmés dans des cas de légitime défense, C’est le monde à l’envers, la primauté du banditisme sur les forces de l’ordre public

Si certains policiers sont trop rapides sur la gâchette, c’est auprès d’eux qu’il faut intervenir eu égard aux situations exceptionnelles où ils doivent utiliser leur arme, mais non pas instaurer un désarmement complet de la force policière.

S’il est vrai qu’au cours des dernières années, certains policiers racistes ont utilisé leur arme à des fins haineuses, notamment aux États-Unis, il est aussi vrai que des vies ont été épargnées par un usage pertinent des armes des policiers dans certaines conditions exceptionnelles.

En bref, le gros bon sens exige que les policiers soient protégés pour faire face à un monde de plus en plus détraqué qui considère les représentants de l’ordre comme des ennemis à abattre… Est-ce bien le genre de société que nous souhaitons? 


Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1580 articles

  • 1 127 781

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé