Recul du français au Québec

Frédéric Bastien sonne l’alarme

Jacques Delisle : la thèse du suicide assisté

Af8b1d30243be871210e7395abf0e8b3

Tribune libre

 




Dans un article paru dans Le Journal du 8 avril sous le titre Francisation des immigrants : la grande illusion, l’historien et ex-candidat à la direction du Parti Québécois (PQ) Frédéric Bastien réfère à une récente étude de l’Office de la langue française du Québec qui prédit un recul spectaculaire du français chez nous d’ici 15 ans, la question migratoire jouant un rôle prioritaire dans ce phénomène.

Depuis plusieurs années, l’immigration est perçue comme la panacée au vieillissement de la population et au manque de main d’œuvre. Or, d’une part, cette assertion ne tient toutefois pas compte du fait que les gens vivent sur une plus longue période en bonne santé et qu’ils sont productifs plus longtemps et d’autre part, l’expression «manque de main-d’œuvre» désigne en fait un faible taux de chômage, lequel a, pour les patrons, le fâcheux inconvénient de les forcer à hausser les salaires des travailleurs, faute de pouvoir recruter.

Par ailleurs, l’arrivée massive des immigrants permet aux employeurs d’engager des immigrants à salaire moindre. Or, comme la majorité des nouveaux venus au Québec ne parlent pas français, des programmes censés les franciser, payés à même les impôts des contribuables québécois, ont été mis sur pied depuis plusieurs années. Or, moins du tiers des immigrants non francophones s’inscrivent à des cours de français dont le taux de réussite est très faible. De surplus, comme les ghettos linguistiques existent déjà dans la région de Montréal, il est très facile de trouver un emploi où l’anglais est accepté comme langue de travail.

Solutions

Baisser le taux d’immigration, un sujet tabou pour les partis politiques hormis le PQ.

Enfin, obtenir le statut de pays, ce qui permettrait au Québec d’avoir les pleins pouvoirs sur son immigration.

https://www.journaldequebec.com/2021/04/08/francisation-des-immigrants--la-grande-illusion

Jacques Delisle : la thèse du suicide assisté

L’ex-juge Jacques Delisle reconnu coupable de meurtre au premier degré de sa femme en 2012, et ses moyens d’appel étant épuisés, déposait en 2015 une demande de révision ministérielle à Ottawa. Ce processus s’appuyait principalement sur des éléments de preuve qui n’étaient pas disponibles lors du procès et qui pointent vers la thèse du suicide plutôt que celle du meurtre. 

Or, au bout de six ans d’analyse, le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, dit avoir des « motifs raisonnables de conclure qu’une erreur judiciaire s’est probablement produite » dans cette affaire.  En conséquence, Jacques Delisle aura droit à un nouveau procès.

Pour l’instant, les « motifs raisonnables » qui penchent vers un nouveau procès ne sont évidemment pas révélés. Toutefois, l’ex-juge, qui n’avait pas témoigné lors du premier procès, a avoué dans sa requête au ministre de la Justice en 2015, avoir fourni à son épouse, dépressive et handicapée à la suite d’un AVC et d’une fracture de la hanche, une arme prohibée et chargée. Il aurait ensuite tenté de la dissuader de passer à l’acte, avant de quitter le domicile familial. 

Dans l’hypothèse où cette version est fondée, la thèse du suicide assisté pourrait être invoquée, auquel cas les quelque dix ans passés derrière les barreaux seraient amplement suffisants pour permettre à Jacques Delisle de recouvrer sa liberté.


Henri Marineau, Québe


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1580 articles

  • 1 127 781

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé