Réforme de la loi 101

Tout un défi pour Simon Jolin-Barrette!

Cachez le dessous de ces seins!

Tribune libre

 




Dans un article paru dans Le Devoir du 3 avril, sous le titre Guy Rocher: «Ce que je souhaite à Simon Jolin-Barrette, c’est d’être le Camille Laurin de la CAQ, le sociologue Guy Rocher, maintenant âgé de 96 ans, lance un défi pour le moins herculéen au ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette,

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la barre est haute, très haute, quand on se rappelle les embûches innombrables, non seulement des oppositions mais aussi de la députation péquiste de l’époque, voire de René Lévesque lui-même.

Près de 45 ans plus tard, Guy Rocher fixe les bases de la réforme de la loi 101 autour de trois paramètres, soit l’usage exclusif du français dans l’affichage public, l’extension de la loi 101 aux cégeps ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises (PME), tout en prenant bien soin de spécifier que le Québec ne pourra atteindre ces objectifs sans accéder à son indépendance. « Pour moi, ce n’est pas dans le Canada que le Québec a un avenir. […] Tant qu’on est dans ce “carcan canadien”, on va avoir un problème linguistique, si ce n’est pas une crise », soutient le sociologue.

Depuis plusieurs mois, le ministre responsable de la Langue française nous promet un projet musclé. Il se fait toujours attendre… Pas surprenant quand on considère que Simon Jolin-Barrette cumule, en plus de ministre responsable de la Langue française, les postes de ministre de la Justice, de procureur général du Québec, de ministre responsable de la laïcité et de la réforme parlementaire, de ministre responsable de l’Accès à l’information et de la protection des renseignements personnels, de ministre responsable de la région de la Montérégie et de leader parlementaire du gouvernement québécois. Une tâche titanesque pour celui qui a pour mandat de mettre un frein au glissement de plus en plus abrupt du français vers l’anglais, notamment sur l’île de Montréal où le problème prend de plus en plus d’expansion.

À mon avis, si le premier ministre Legault souhaite faire de la défense et de la promotion de la langue un objectif prioritaire, il se doit de délester Simon-Jolin-Barrette de plusieurs des responsabilités qu’il cumule pour lui permettre « d’être le Camille Laurin de la CAQ »

https://www.ledevoir.com/politique/quebec/598152/entrevue-guy-rocher-langue-francaise

Cachez le dessous de ces seins!

L'UQAM est en pleine tornade médiatique depuis qu'une finissante, Hélène Boudreau, a publié des portraits osés d'elle-même affichant le logo de l’université. Une décision prise, selon les dires de la bachelière, à la défense de la détabouisation des femmes qui travaillent dans le « sex work » et qui « peuvent avoir de multiples facettes ».

En contrepartie, la direction de l’UQAM poursuit actuellement l’étudiante pour 125 000$, l'établissement reprochant à la jeune étudiante que la photo d'elle exhibant le dessous de ses seins avec le logo de l’université nuise à la réputation de l’établissement.

En réalité, nous assistons à un duel entre la défense d’une cause et l’image d’une institution universitaire. En termes clairs, la cause défendue par la diplômée en Beaux-arts porte-elle vraiment préjudice à la réputation de l’UQAM, tel qu’allégué par l’Université? La démarche d’Hélène Boudreau associant l’université aux filles de rue n’atteint-elle pas son objectif, à savoir que les deux situations peuvent très bien être conciliables?

Je suis d’avis que l’intention de la bachelière n’était nullement de nuire de quelque manière à la réputation de l’UQAM. Bien au contraire, le milieu universitaire fait partie intégrante de sa démarche visant la réinsertion du statut des travailleuses de rue dans les milieux académiques de haut niveau.

https://www.journaldequebec.com/2021/04/05/uqam--vague-dappui-pour-letudiante-poursuivie-1


Henri Marineau, militant de la première heure du Parti québécois

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1573 articles

  • 1 119 641

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé