En attendant le vrai test...

Parlons un peu Qc

Tribune libre


Pour être honnête, je vous avoue qu’avant que je connaisse l’existence de Vigile, ma flamme souverainiste était plutôt faible! Comme beaucoup d’autres fervents des premières heures, j’en étais venu à ne plus croire vraiment au grand jour! Puis, j’ai découvert vigile.net et l’intérêt pour notre cause s’est peu à peu rallumé, si bien que j’ai senti le besoin de vous communiquer mon cheminement à travers plusieurs articles qui ont paru sur cette tribune libre et dont la plupart tournent autour de notre accession à notre souveraineté.
Dans un de ces articles intitulé « Le Bloc plafonne », publié sur cette tribune le 20 avril, donc avant la parution du sondage prévoyant la remontée du NPD au Québec, j’abordais ainsi mon texte :

« Gilles Duceppe, lors du congrès du PQ, dans un discours enflammé, a réussi à galvaniser les militants péquistes en lançant, entre autres, que le Canada n’a plus rien à offrir au Québec! »

À mon sens, le contexte actuel d’une campagne électorale fédérale, bien que
« normal » dans le régime politique dans lequel le Québec se situe, nous oblige à nous disperser et risque de faire dévier le vrai débat, soit celui de notre souveraineté!
En des termes plus clairs, je ne crois pas que les Québécois tirent des avantages à remettre à la une le rêve de René Lévesque en Colombie Britannique, au Manitoba ou en Ontario! Je ne crois pas non plus que les jeunes Québécois doivent dépenser leurs énergies en dehors du Québec pour actualiser notre projet de pays!
Je crois plutôt qu’en attendant le vrai test, les Québécois doivent s’atteler à prendre en main leur destin et se mettre résolument en route vers leur souveraineté ici…au Québec! Et c’est ici, au Québec, qu’ils ont le goût de parler Qc et c’est ici qu’ils se sentent véritablement chez eux! Pas vous?
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1351 articles

  • 1 167 972

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Gaston Boivin Répondre

    24 avril 2011

    À vous lire, me vient l'image d'Aurore l'enfant martyre qui tient absolument à manger tout son savon et à faire des bulles.
    À une époque où le Québec et les Québécois n'ont jamais, depuis la conquête, autant été manipulés et utilisés à l'encontre de leurs intérêts par ceux qui leur refusent le droit à l'existence comme peuple et nation distincte et plus spécifiquement l'indépendance du pays qu'ils habitent comme peuple et nation,...à une époque, où, à longueur de journées, ils entendent et lisent des mercenaires fédéralistes leur roucouler leurs inepties qui toutes convergent vers leur inexitence , vers leur emprisonnement psychologique, leur mutisme,leur perte de parole et d'expression,leur totale soumission, leur confusion totale dans le grand tout canadien qui les avale au point qu'on ne les reconnaisse plus, au point d'y disparaître pour ce qu'ils sont,...à une époque où, jamais, le Québec, dans ce musellement, n'a été dans un si grand danger de disparaître, alors que son peuple et sa jeunesse se font lobotisés une volonté d'abandon de leur être collectif comme une promotion vers l'universalisme dans le grand tout canadien,... à l'heure où il ne nous reste presque plus de moyens pour défendre et promouvoir notre peuple, son existence et notre véritable pays, ils s'en trouvent parmis les nôtres, trop hérissés par cette situation et peinés qu'on n'ait pas encore légalement notre véritable pays, qui s'aveuglent dans dans leur raisonnement et veulent rapatrier le B.Q. au Québec en laissant le champ totalement libre aux Coricocos fédéralistes qui pourront comme jadis nous fourrer en prétendant qu'ils en ont le mandat de notre part: Ce serait donc cela la solution miracle: Museler aussi le B.Q, faire taire l'une des rares voix qu'il nous reste, l'un des maigres moyens encore à notre disposition.
    Je vais vous le dire dans la langue de vos maîtres: ''Wake-up!'' Sinon, continuer de manger votre savon et de faire des bulles et... cessez de vous plaindre!

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2011

    Monsieur Marineau
    Entièrement d'accord avec votre texte! Duceppe l'a dit lui-même que le Québec n'avait plus rien à attendre du Canada; c'est assez clair! Alors, c'est sur le Québec que nous ,Québécois, devons maintenant concentrer toutes nos énergies à légitimer notre nouveau statut politique hérité du refus de Trudeau, en 1982, d'inclure le Québec dans son rapatriement unilatéral de la Constitution canadienne. À la prochaine élection provinciale (j'espère que ce sera la dernière), le PQ, s'il prend le pouvoir, devra déclarer unilatéralement l'indépendance du Québec. Auront-ils assez de couilles de la faire? Ça, c'est la grosse question! Les anciens députés du Bloc qui ont acquis une expérience nationale à Ottawa pourront nous aider dans cette grande démarche pour l'obtention de l'indépendance et pour servir dans notre premier gouvernement vraiment national québécois. Il m'a fait plaisir. INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION!
    André Gignac le 24/4/11