Petite pensée sur la nature de l'esprit et de l'âme

Ouvrons-nous les yeux, sacre bleu !

Tribune libre


« Esprit sain dans un corps sain »
_ - Poétesse Juvénal.

Abreuver une plante d'huile à moteur usée, c'est la condamner à une mort lente et certaine. N'importe quel botaniste le dira avec son très gros bon sens.

Nourrir son animal d'aliments périmés et pourris, c'est également le condamner à une mort lente et douloureuse. N'importe quel vétérinaire le dira avec son très gros bon sens.

Nourrir un bébé avec des aliments inapproprié c'est le condamner à plus ou moins long terme à de graves maladies, probablement mortelles. N'importe quel pédiatre le dira avec son très gros bon sens.

Alors qu'attendent les psychologues et psychiatres pour faire le même genre de constat en regard de cette pourriture de l'esprit que sont les cultures des musiques hard rock, heavy metal ou punck dont les jeunes adolescents (déjà en mal de vivre !) se gavent l'esprit (s'abrutissent l'âme devrais-je dire) quotidiennement !

Combien d'autres tueries semblables à Colombine ou Dawson vont-elles être nécessaires pour éveiller adultes et parents à une plus grande vigilance, par rapport au genre de nourriture spirituelle dont sont nourris les jeunes cerveaux qu'est leur progéniture ?

Combien d'autres drames de ce genre seront nécessaires pour provoquer une prise de conscience collective et politique face à cette culture de la mort, dont on fait la promotion auprès des jeunes enfants et adolescents ?

Quand nous entendons des gens à la radio ou à la télévision qui prétendent qu'il n'y a rien à voir entre l'événement tragique à Dawson et la culture de la mort, on pourrait croire que ce drame n'est pas suffisant pour provoquer les réveils nécessaires aux changements dramatiques qu'il commande.

L'heure est peut-être venue de se demander si la liberté d'expression est sacrée au point de laisser la culture de la mort se répandre insidieusement au point où nous devons aujourd'hui subir des actes inhumains comme ceux de Dawson, au nom de cette dite liberté d'expression ? Raisonner ainsi est une réduction à l'absurde !

Mais non, on préfère laisser croire que c'est un acte isolé (en apparence uniquement), alors qu'il n'en est rien. Ouvrons-nous les yeux, sacre bleu !

En attendant qu'un certain éclairage pénètre l'esprit de la classe politique, continuons à laisser empoisonner l'âme et l'esprit de nos jeunes ! Le tribut à payer sera encore plus lourd dans le futur.



Normand Perry
_ Philosophe et
_ chroniqueur à www.quebec-politique.com

Les Coteaux, Qc

Squared

Normand Perry126 articles

  • 121 822

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé