Les soubresauts du gouvernement caquiste

Où s’en va Legault?

Qui trop embrasse mal étreint

32f4dcbf3eb01aa4e5c4a7a108fde361

Tribune libre

Je connaissais déjà la propension du premier ministre François Legault pour les emplois « payants », mais j’étais loin de m’imaginer son désintérêt, voir son aversion, pour les emplois moins payants.


Eh bien, c’est maintenant confirmé. « Ce n'est pas impossible, ce n'est pas incohérent, c'est même une bonne chose que certains emplois moins payants soient dans des usines à l'étranger », a fait valoir M. Legault à la période de questions du 5 juin, concernant la délocalisation des activités de Velan, une grande entreprise spécialisée dans la robinetterie industrielle où près de 200 postes ont été supprimés en moins de 18 mois.


Une réaction pour le moins surprenante de la part d’un premier ministre dont un des rôles principaux est de maintenir les emplois au Québec, et ce, peu importe le salaire attaché à ces emplois, partant du constat que ce sont des travailleurs d’ici qui se retrouvent sans emploi du jour au lendemain.


M..Legault, votre désinvolture n’a d’égale que votre mesquinerie envers ces mises à pied de travailleurs québécois… Dans mon livre, votre attitude grotesque dénote d’un manque d’empathie qui entache sérieusement votre rôle de premier ministre eu égard aux honnêtes travailleurs du Québec!


Des excuses... Trop tard, le mal est fait!


https://www.journaldequebec.com/2019/06/06/manque-dempathie-legault-sexcuse-aux-travailleurs-de-velan-1

 


Qui trop embrasse mal étreint


L’embauche de quelque 850 nouveaux enseignants et professionnels, l'élargissement de la maternelle 4 ans pour tous et la transformation des commissions scolaires en centres de services toujours dans la mire du ministre de l’Éducation, Jean- François Roberge. Tel est le tableau bien rempli présenté par le ministre en point de presse.


Or, dans la réalité, le monde de l’éducation vit une pénurie de main d’œuvre, le projet de maternelle 4 ans pour tous subit les critiques de plusieurs observateurs de divers milieux, et la disparition des commissions scolaires au profit de centres de services n’a pas encore fait entendre ses premiers balbutiements.


Et pourtant, devant autant d’incertitudes, le ministre invite les citoyens du Québec à garder espoir car « la cavalerie s’en vient », lance-t-il avec assurance et fermeté… De deux choses l’une, ou le ministre Roberge prend ses rêves pour des réalités ou il est pris dans un engrenage d’où il ne peut plus s’extirper!




Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1323 articles

  • 1 173 695

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé