Le "sparadrap" des réformes en éducation

Où s’en va l’école québécoise?

L'école devrait retrouver ses lettres de noblesse, à savoir la communication des connaissances

A3bc35fca900a3cc5368072599a96e72

Tribune libre


L'école a complètement changé de face au cours des dernières décennies. Il y a à peine 60 ans, l'éducation était synonyme d'autorité et le corps professoral, majoritairement composé de religieux, y exerçait un contrôle absolu. Le vouvoiement, les coups de règles, le port d'uniforme faisaient partie de la vie étudiante quotidienne. Les filles et les garçons ne fréquentaient pas les mêmes écoles et seuls les enfants provenant d'une famille aisée pouvaient espérer poursuivre leurs études. Il en découlait un taux peu élevé de fréquentation scolaire, d'où une sous-scolarisation importante d'une société pour qui l'instruction n'était pas ancrée dans les mœurs.


Au début des années 60, les valeurs de la société changent ainsi que les besoins. Une réforme scolaire s'impose. Le gouvernement provincial l'initie en créant la Commission royale d'enquête sur l'enseignement, appelée commission Parent, du nom de son président, Mgr Alphonse-Marie Parent, professeur à l'Université Laval. En 1964, le rapport Parent sur l'éducation au Québec vient bouleverser cette chasse gardée qu'est l'école qui se veut dorénavant ouverte à tous les jeunes Québécois.



Depuis lors, « l’école pour tous » a-t-elle su s’adapter à cette nouvelle réalité? Force est de constater les ratés du système d’éducation pour bon nombre de jeunes, ceux-là mêmes qui étaient exclus de l’école avant le rapport Parent. La notion de « décrocheurs » faisait son apparition. Or, pour pallier cette carence, d’innombrables réformes ont envahi les approches pédagogiques et les grilles de matières qui ont vu leur nombre s’accroître au détriment, il faut bien l’admettre, des matières dites de base, notamment le français et les mathématiques.


Aujourd’hui, trois personnalités publiques proposent de recréer l’école « milieu de vie », un leitmotiv qui a fait les beaux jours de l’école d’une certaine époque. Grand bien leur fasse! Toutefois, à mes yeux, dans tout ce branle-bas scolaire, l’école devrait retrouver ses lettres de noblesse, à savoir la communication de connaissances à travers une pédagogie adaptée à la clientèle actuelle, à défaut de quoi elle risque de continuer de s’embourber dans de sempiternelles réformes vouées à l’échec.  


Henri Marineau

Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1075 articles

  • 913 891

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Yves Corbeil Répondre

    26 décembre 2017

    Qu'est-ce qu'on devrait enseigné aujourd'hui quand on ne sait pas mais absolument pas quelles seront les jobs de demain.


    La techno progresse tellement rapidement que dans peur de temps une énorme pourcentage des emplois présents auront disparu. On entends même parler que la médecine sera prise en charge par des robots...


    Peut-être que toutes ces avancées technologiques nous conduirons au paradis sur terre. Finalement le retour du jardins d'Éden par la main de l'homme et le grand coeur du 1% qui s'ouvre sur un avenir meilleur pour la race humaine.


    Alors, on enseigne quoi aux enfants d'aujourd'hui pour les préparés adéquatement pour demain. L'art et la culture mondiale ou la survie en millieu inhospitalier extrème, si on ne croit pas aux miracles.