Ottawa travaille étroitement avec Pékin, selon l'ambassadeur chinois

1adb3c7e99efb38bfc8405b6c684dacf

Le Canada, véritable valet de service de la dictature communiste chinoise


(Ottawa) L’ambassadeur de Chine au Canada affirme que son pays apprécie la coopération du Canada dans la lutte au coronavirus, reprochant d’autre part aux États-Unis de se livrer à du salissage aux dépends de la Chine.


Dans une entrevue exclusive accordée à La Presse canadienne, l’ambassadeur Cong Peiwu assure que le Canada et Chine travaillent étroitement afin de neutraliser le coronavirus.


Il signale aussi qu’il est en attente de suites de la part de son gouvernement sur l’envoi au Canada d’un million de masques qui se sont avérés inadéquats pour l’usage qu’en font les travailleurs du réseau de la santé.


Cong Peiwu assure que le contrôle de la qualité des produits exportés est d’une grande importance pour la Chine. Les mesures réglementaires ont récemment été resserrées dans divers ministères chinois, affirme-t-il.


 

Lors de l’entrevue, l’ambassadeur chinois a critiqué la décision des États-Unis de suspendre provisoirement leur financement à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Sans prononcer le nom du président Donald Trump, il a aussi dénoncé que l’administration américaine ait accusé l’OMS et la Chine d’avoir caché des informations lors du début de la pandémie.


Plus récemment, le président Trump et ses partisans ont évoqué la théorie qu’un laboratoire sur les maladie infectieuses situé à Wuhan, en Chine, ait été la source de l’éclosion de la pandémie. Jeudi, des sources américaines de renseignement ont affirmé que le virus causant la COVID-19 n’avait pas été volontairement fabriqué, mais qu’il avait possiblement été transmis hors de ce laboratoire pendant les recherches dont il faisait l’objet.


Cong Peiwu soutient que la Chine a activement partagé des informations sur le virus avec l’OMS, d’autres organisations internationales et plusieurs pays, dont le Canada.


Par ailleurs, l’ambassadeur veut que les Canadiens sachent que leurs compatriotes Michael Kovrig et Michael Spavor, qui sont détenus en Chine depuis décembre 2018, sont en bonne santé et bien traités pendant leur détention. On leur permet, dit-il, de recevoir des lettres et des colis.


En raison de la pandémie de COVID-19, les visites de diplomates canadiens auprès des deux détenus ont été interrompues. L’ambassadeur Cong ignore si la suggestion du ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, de permettre aux diplomates de s’entretenir par le web avec les deux détenus ira de l’avant.


Les deux hommes ont été jetés en prison peu après que le Canada ait arrêté à Vancouver la femme d’affaires chinoise Meng Wanzhou à la demande des États-Unis qui réclament son extradition afin de la juger pour fraude.


La Chine répète que l’arrestation de Mme Meng est injuste, alors que le Canada continue d’affirmer que la détention de Michael Kovrig, un ancien diplomate, et de l’entrepreneur Michael Spavor est arbitraire.


Cette affaire a grandement assombri les relations diplomatiques et commerciales entre les deux pays.