Mon vote

Fb3e0800c7754f724d04c186aebe9aef

Un vote de plus pour Blanchet


Jeudi, à 100 % Nouvelles, l’émission animée par Paul Larocque à LCN, j’ai dit que le Face-à-Face animé par Pierre Bruneau m’avait aidé à me faire une tête sur les élections fédérales.


« Comme plusieurs citoyens, je ne savais pas trop pour qui voter. Mais après le débat, les choses me sont apparues plus clairement, et maintenant mon choix est fait.


— Ah oui ? Sur quel parti ton choix se porte ? m’a demandé Paul à brûle-pourpoint.


— Euh... Je ne peux pas vraiment dire ça à la télé.


— Bien oui, tu peux... Alors pour qui vas-tu voter ?


— Pour le Bloc », ai-je lancé.


DEVOIR DE TRANSPARENCE


Après coup, je me suis dit : « Ouf, pourquoi avoir dit pour quel parti je pensais voter ? Traditionnellement, les gens qui sont appelés à commenter régulièrement l’actualité se gardent une petite gêne, afin de préserver l’apparence d’objectivité. »


Or, aujourd’hui, je me dis... Bof, pourquoi pas ?


Après tout, les commentateurs ne sont pas des êtres désincarnés, ce sont des citoyens, et comme tous les citoyens, ils ont des préférences et penchent plus d’un bord que de l’autre.


Pourquoi faire semblant d’être neutre ? Personne n’est neutre, tout le monde a ses allégeances. Aussi bien le dire, non ? C’est plus franc, plus honnête.


De toute façon, plus personne ne croit à l’objectivité, alors... Aussi bien assumer sa subjectivité. Comme ça, les choses sont claires.


Donc, à moins d’un revirement spectaculaire (« C’est jamais fini tant que c’est pas fini », comme disait Yogi Berra), je mettrai mon X à côté du candidat bloquiste de mon comté.


UN BESOIN DE COHÉRENCE


Et vous savez quoi ? Je suis le premier surpris.


Parce que s’il y a un gars qui n’a jamais cru en l’utilité du Bloc, c’est bien bibi.


Faire la promotion de l’indépendance à Ottawa, pour moi, c’est comme chercher tes clés de char à Longueuil alors que tu les as perdues à Lévis.


Pourquoi voter pour un parti qui ne prendra jamais le pouvoir ? Pourquoi choisir de rester assis sur les estrades quand tu peux chausser des patins et sauter sur la patinoire ?


Mais il y a eu la loi 21.


Désolé, les amis, mais je ne peux pas d’un côté, appuyer la loi 21 et de l’autre, voter pour un parti qui la trouve discriminatoire et s’apprête à la contester.








Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.





Un moment donné, il faut être cohérent.


C’est beau, la théorie des bretelles et de la ceinture, mais il ne faut pas se tirer dans le pied ni donner des munitions à nos adversaires.


Au cours des prochains mois, il va venter fort. On va se faire traiter de tous les noms : « Racistes », « Xénophobes », « Fascistes ».


Il sera important, alors, de parler d’une voix forte. Et de dire à Ottawa : « Non, nous n’avons pas honte de cette loi, et oui, nous sommes fiers de l’appuyer à 70 %... »


Or, il y a un parti qui va défendre la laïcité à Ottawa. Un seul.


Et j’espère qu’il parlera haut et fort. En notre nom.


VOTRE CHOIX


Et vous, avez-vous fait votre choix ? Ou hésitez-vous encore ?


Faites-le-moi savoir, je suis curieux !