Martine Ouellet réagit au changement d’allégeance de Michel Gauthier

310417ced5ad8965878787232df76469

Ouellet confond les intérêts nationaux et le progressisme


La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, se dit «étonnée» du «changement de cap total» de son prédécesseur, Michel Gauthier, qui a rallié le Parti conservateur du Canada dont elle considère les positions comme complètement opposées à celles de son parti.


«Il faut avoir un peu de mémoire et se souvenir à quel point on voulait sortir Stephen Harper du pouvoir en 2015», a martelé Mme Ouellet en entrevue avec Le Journal en rappelant qu’elle n’avait pas connu personnellement M. Gauthier.


L’ancien chef du Bloc québécois (BQ) a signé sa carte de membre du Parti conservateur (PCC) devant la presse, samedi.


«Les gouvernements Mulroney et Harper, ça a été des gouvernements sensibles au Québec, ils ont posé des gestes significatifs de reconnaissance du Québec, a-t-il ensuite insisté lors d’une mêlée de presse. C’est le parti le plus près des nationalistes québécois, le plus sensible au Québec.»


L’ancien député ne compte toutefois pas briguer un siège à la Chambre des communes à l’élection fédérale de 2019. Il compterait plutôt prêter main-forte aux candidats conservateurs au Québec.


Parti pétrolier


Or, le PCC «n’est pas en phase avec les intérêts du Québec», a insisté Martine Ouellet.


«C’est un parti pétrolier [...] qui n’a pas aidé au développement économique du Québec, qui a défait le registre des armes à feu», a-t-elle énuméré en ajoutant que «ce n’est pas l’arrivée d’Andrew Scheer qui va y changer grand-chose».


Elle cite en exemple l’intervention controversée du député conservateur Ted Falk qui a crié haut et fort à la Chambre des communes, en pleine période des questions, mercredi dernier, que l’avortement n’est pas un droit.


Hier, le chef conservateur Andrew Scheer a pourtant insisté qu’il ne rouvrirait pas le débat sur l’avortement ni sur le mariage entre personnes du même sexe même s’il a déjà exprimé publiquement son opposition à ce sujet.


«Monde de calinours»


Lors du Conseil national de l’aile québécoise de son parti qui se tenait cette fin de semaine à Saint-Hyacinthe, Andrew Scheer a tendu la main aux Québécois.


Dans un discours de ralliement destiné aux quelque 400 militants du parti rassemblés au Centre de congrès, il a invité les «nationalistes qui sont tannés des chicanes» et les «fédéralistes qui n’en peuvent plus de voir Justin Trudeau vivre dans son monde de Calinours» à joindre son parti.


Mais le chef conservateur est «complètement dans le champ» aux dires de Mme Ouellet.


«Les Québécois sont beaucoup plus progressifs et pro-environnement», a-t-elle insisté admettant toutefois que son parti traversait une crise. Elle espère que celle-ci pourra se résorber avec le vote de confiance à son égard qui doit avoir lieu le 1er et le 2 juin prochain.