Loi sur la laïcité de l'État: «J'en prends un peu le mérite», dit Marois

25bfb5acb9bdf1981a19956d57566d55

Legault a réussi là où elle a échoué

(Ottawa) Pauline Marois revendique une part de mérite dans l'adoption de la Loi sur la laïcité de l'État. Et à ceux qui, comme Justin Trudeau ou certains premiers ministres provinciaux, voudraient s'inviter dans le débat, elle conseille de se « mêler de leurs affaires ».



« Oui, je suis d'accord avec la loi 21. Elle aurait pu aller un petit peu plus loin, mais je crois que c'est une excellente décision, honnêtement, et je suis très contente qu'il [le gouvernement] l'ait fait », a-t-elle lâché dans une entrevue avec La Presse.


« Je vais en prendre un peu le mérite. On a le droit, hein, dans la vie, parfois, de se faire plaisir ? », dit-elle en rigolant à l'autre bout du fil, y allant de ses premiers commentaires depuis l'adoption, sous le bâillon, à l'Assemblée nationale, de la Loi sur la laïcité de l'État.


L'ancienne première ministre en conclut que le gouvernement de François Legault vient essentiellement de donner raison à l'éphémère gouvernement minoritaire péquiste qui, sous sa houlette, avait déjà labouré ces terres.


 


« Nous avons été très critiqués, injustement à mon point de vue, sur la question de la Charte - que nous aurions dû appeler la Charte de la laïcité, je pense que ç'aurait été plus clair à cet égard », a plaidé Mme Marois.




« Je crois qu'on avait ouvert la porte ; nous savions que nous avions l'appui de la population. Mais au-delà de ça, moi, j'étais profondément convaincue [...] qu'il fallait s'assurer que l'État était bel et bien laïque et neutre devant toutes les religions. »


- Pauline Marois, ancienne première ministre du Québec




Poussée dans ses derniers retranchements, vers la fin d'une campagne électorale qui s'avérera perdante en 2014, Pauline Marois avait sorti un lapin de son chapeau en signalant qu'elle invoquerait la disposition de dérogation pour protéger la Charte.


C'est ce qu'a finalement inscrit dans sa loi, en 2019, le ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Simon Jolin-Barrette - une loi dont les principes ont été pourfendus tant par le gouvernement de Justin Trudeau que par ceux d'autres provinces.


« Qu'il se mêle de ses affaires »


Le premier ministre manitobain Brian Pallister a d'ailleurs voulu profiter d'une rencontre avec ses homologues des provinces de l'Ouest et des trois territoires, jeudi passé, pour condamner cette loi « dangereuse, non canadienne » dans une déclaration commune.


Sa tentative aura finalement échoué. Mais lors de la conférence de presse de clôture de cette rencontre qui se tenait à Edmonton, le dirigeant - qui brigue un deuxième mandat le 10 septembre - a promis de poursuivre le combat.


« Je suis un fermier et je n'aime pas l'érosion. Et je suis certainement toujours préoccupé par l'érosion des droits dans notre pays. Je continuerai d'avoir ce point de vue, et je continuerai à l'exprimer », a indiqué M. Pallister.


Pauline Marois l'invite, au contraire, à se prévaloir de son droit de réserve. « Bon, là, non. Qu'il se mêle de ses affaires », a-t-elle réagi du tac au tac à l'autre bout du fil lorsqu'on a évoqué la démarche du dirigeant manitobain.




« Que le Manitoba, que les chefs des provinces de l'Ouest s'occupent de leurs affaires, dirigent leur gouvernement comme ils l'entendent, adoptent les lois, les règlements qui leur conviennent, et qu'ils respectent [ceux du Québec]. »


- Pauline Marois, ancienne première ministre du Québec




Valable aussi pour Trudeau


Le message vaut aussi pour le premier ministre Justin Trudeau, tranche Pauline Marois, qui se souvient d'une rencontre où le chef libéral, alors dans l'opposition, avait « essayé de lui faire la leçon » sur la Charte.


« J'ai écouté et j'ai continué à agir en fonction de ce qui me semblait dans l'intérêt de la collectivité et de la nation québécoise », relate celle qui compte passer l'été au Québec, entre autres pour s'installer dans sa nouvelle demeure de L'Île-Bizard.


Le gouvernement libéral n'a jamais caché qu'il réprouvait la Loi sur la laïcité de l'État. En revanche, jamais n'a-t-il confirmé qu'il se tiendrait à l'écart des contestations judiciaires. Cette situation a quelque chose de paradoxal, relève l'ex-première ministre.


« C'est son père [Pierre Elliott Trudeau] qui a fait adopter une Constitution qui permet de se soustraire entre autres à la Charte [des droits et libertés]. Alors, en fait, il remet en question une des lois fondamentales du pays ? », a-t-elle lancé d'un ton moqueur.


La question, rhétorique, est posée.


Et avant de raccrocher, Pauline Marois a conclu ainsi : 


« Vous aurez remarqué que j'ai décidé, et respecté ma parole, de ne pas jouer à la belle-mère... Dans mon cas, on devrait dire jouer au beau-père, puisque ce sont les hommes [ex-politiciens] qui jouent à la belle-mère... et je compte bien m'y tenir », a-t-elle affirmé.