Deux questions me chicotent…

Les libéraux et l’immigration

D43f80abfe37df52727365640368e09a

Tribune libre

Un fait demeure constant depuis le début de la campagne de Philippe Couillard, le premier ministre sortant tient mordicus à l’arrivée de 50 000 immigrants au Québec. Raison officielle : « combler la pénurie de main-d’œuvre qualifiée et moins qualifiée qui est partout, partout, partout! »


À cet effet, deux questions me chicotent. D’abord, quelles mesures concrètes ont été prises par les libéraux au cours des quinze années où ils ont occupé le pouvoir eu égard à la création de main-d’œuvre, si ce n’est de laisser un si sombre tableau en héritage à ce chapitre?


En second lieu, cet engouement pour l’arrivée d’immigrants ne cache -t-il pas une mesure électoraliste visant à engraisser le bassin de futurs électeurs libéraux, compte tenu que les immigrants reçoivent ici un accueil chaleureux de la part des deux palliers de gouvernement?


Deux questions qui demeureront surement sans réponse mais qui, à mes yeux, revêtent une importance capitale dans le débat sur l’immigration durant la campagne électorale et qui ressurgiront, je l’espère, lors des débats des chefs…


Enfin, j’éprouve beaucoup de difficultés à voir le visage éploré de Philippe Couillard lorsqu’il aborde l’urgence d’accueillir des immigrants comme si, tout à coup, il avait découvert la solution-miracle au manque de main-d’œuvre!



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1332 articles

  • 1 167 952

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé