Le tanguysme

La lutte pour l’indépendance se mène avec des indépendantistes.

Tribune libre

Le Québec est souverain en ce sens qu’il possède un territoire, une langue, des lois. Ce qu’il lui manque est le plein contrôle de ses lois, c’est-à-dire devenir indépendant, ne plus avoir le Canada dans les pattes et ne plus avoir à les ouvrir pour obtenir ce qu’il peut s’offrir.
Les députés du Bloc et du PQ se comportent en souverainistes. Ils marchandent pour obtenir ceci ou cela, entretenant l’idée d’un gouvernement central riche et tout-puissant. Exploitant la différence québécoise, ils négocient des accommodements raisonnables à l’instar des immigrants qui monopolisent des salles pour la prière, des piscines publiques pour la baignade des femmes ou qui obtiennent l’autorisation de stationner leur véhicule où bon leur semble un certain soir de semaine.
Dans le dossier des Plaines, Duceppe et Marois ont demandé l’annulation de la reconstitution de la bataille. Ils ne l’ont pas exigée. Ils l’ont demandée. Sans les voix qui se sont élevées de la population pour protester et promettre du grabuge, la Commission-Juneau n’aurait jamais reculé. Ce cas illustre à merveille la couardise des députés souverainistes. Ces gens-là n’ont pas intégré le concept d’indépendance. Ils repeignent les lignes blanches tracées par le fédéral et se refusent à les traverser. On ne peut pas dire ci, on ne peut pas dire ça, on ne pas faire ci, on ne peut pas faire ça, ce n’est pas de notre juridiction, ça pourrait créer des remous, ça ferait de la chicane, etc. Leurs moindres faits et gestes sont programmés par un gouvernement dont ils prétendent vouloir s’affranchir.
À titre d’exemple, dans son dernier bulletin à l’occupant, Bernard Bigras, député de Rosemont-La Petite-Patrie, critique la politique environnementale des Conservateurs. Et c’est tout. Nulle perspective québécoise dans le style :
Un Québec indépendant adopterait sur le champ telle ou telle mesure
Un Québec indépendant réclamerait des sanctions à l’endroit du Canada pour le non-respect de…
Un Québec indépendant s’emploierait de façon urgente à doter le Québec de…

Les souverainistes du Bloc et du PQ pratiquent de la petite politique provinciale. Ce sont des fonctionnaires de la souveraineté. Chacun effectue sa petite tâche dans son petit bureau en respectant le mot d’ordre: ne pas faire de vagues.
Compter sur ces tanguystes pour mener le Québec à son indépendance s’avère irresponsable. D’autre part, nous avons la preuve que le Québec n’est pas mort, que les Québécois ne sont pas tous des Labeaume.
Nous disposons d’au moins trois années devant nous avant les prochaines élections. Nous devons les mettre à profit pour inciter des indépendantistes à se présenter comme candidats indépendants, comme l’a fait, l’automne dernier, M. Victor-Lévy Beaulieu. Cela exige que l’on s’y attèle dès à présent.
La lutte pour l’indépendance se mène avec des indépendantistes.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 241 162

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé