Le show de boucane de Catherine Dorion

2ead474df989f14889d39be4e267db18

Dorion fait du Québecor-bashing au grand ravissement des médias fédéralistes



Mercredi, en commission parlementaire sur l’avenir des médias, la députée de Québec solidaire Catherine Dorion a tenté de passer pour une pauvre victime de Québecor.




Elle a laissé entendre que, du temps où elle était blogueuse pour Le Journal de Québec de 2016 à 2018, elle avait été l’objet de censure pour avoir osé répondre à une de mes chroniques.




Catherine Dorion confond « censure » et « respect pour ses collègues ». Je ne connais aucune entreprise de presse au Québec qui verrait d’un bon œil que deux personnes travaillant pour le même média se lancent des attaques personnelles en public.




LAVER SON LINGE SALE EN PRIVÉ




Depuis que j’écris et que je blogue pour Le Journal, les patrons ont toujours été clairs : on peut se répondre entre collègues si l’on répond aux arguments par des arguments. Nous sommes des chroniqueurs d’opinion, nous répondons aux opinions de nos collègues... par une opinion contraire. Mais nous laissons de côté les gants de boxe et nous ne nous livrons à aucune attaque personnelle.




Catherine Dorion ne comprend pas que ce principe de base tombe sous le sens. On n’imagine pas à La Presse le chroniqueur Marc Cassivi traiter de cabochon Patrick Lagacé. Au 98,5 FM, Patrick Lagacé ne traitera pas Isabelle Maréchal de tous les noms en ondes.




Pas plus qu’au Téléjournal on n’entendra Céline Galipeau dire du mal d’Anne-Marie Dussault. Au Devoir, Francine Pelletier n’écrira pas que Brian Myles est un ceci ou un cela.




Alors pourquoi est-ce qu’au Journal ça devrait être le bar ouvert, tous les coups sont permis, le Far West, le festival du « On tire sur tous les chroniqueurs qui bougent » ?




Si un patron a appelé Mme Dorion pour lui rappeler la consigne donnée à TOUS les chroniqueurs/blogueurs, pourquoi présente-t-elle cela comme une tentative de la museler, elle, personnellement­­­ ?








Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.





Imaginons deux secondes la situation inverse. Si j’avais écrit, dans le temps où elle était blogueuse au Journal, que ma collègue Catherine Dorion était incompétente et que ses textes étaient pourris, comment pensez-vous qu’elle aurait réagi ? Elle aurait grimpé dans les rideaux et elle aurait été la première à parler au patron responsable des blogues pour se plaindre.




Entre collègues, quand on n’est pas d’accord, quand on a envie de se répondre par chronique ou par blogue interposés, on le fait avec respect. Certains même ont la politesse d’aviser à l’avance le collègue à qui ils répondent.




Savoir vivre, ce n’est pas donné à tout le monde. N’est-ce pas, madame la députée ?




En commission parlementaire, Catherine Dorion a cité un autre exemple de ce qu’elle pense être de la censure, celui d’un texte qui aurait mystérieusement disparu.




La semaine dernière, une blogueuse du Journal a publié une attaque personnelle contre mon mari et moi. Après l’avoir supprimée de sa propre initiative, elle a elle-même écrit à Richard pour lui présenter ses excuses, disant que ses mots avaient dépassé sa pensée !




Alors pour la théorie du complot, Mme Dorion, on repassera.




BOU HOU HOU




En passant, le fameux blogue de Catherine Dorion, qui date de 2017, pour lequel elle a supposément essuyé les foudres de l’Empire, est toujours en ligne au moment où on se parle... Alors, qu’elle cesse donc son show de boucane de « pôvre » victime !