Qu'est-ce que d'être Québécois de nos jours?

Le rêve, porteur d'espoir et de réalisations

Une alliance qui repose sur nos racines

Tribune libre


En parcourant la chronique d’Élie Presseault parue sur cette tribune le 24 mai 2011 et intitulée « Réaliser le film de nos aspirations », je me suis arrêté sur une question soulevée par l’auteur et qui me semble fondamentale : « Qu’est-ce que d’être Québécois de nos jours? » J’avoue que ma réponse n’a pas émergé spontanément!
Toutefois, en poursuivant mes lectures, je suis arrivé au billet de Louis Lapointe intitulé « Ce rêve que portent nos enfants », une reprise de son billet du 5 octobre 2008, paru sur le site de Vigile le 20 mai 2011. Et, après l’avoir lu, j’y ai perçu une piste de réponse à la question de M. Presseault. En effet, dans son article, M. Lapointe fait constamment allusion aux rêves véhiculés par les poètes dans les paroles de leurs textes, déplorant le fait que les artistes se sentent inconfortables dans un « réel dépouillé de toute poésie ».
« Le pays pourrait-il se construire sans l’intercession des poètes, sans se nourrir constamment au rêve? », lance-t-il en appel à notre réflexion.
Pour nourrir ma propre réflexion, je me suis dirigé vers Richard Séguin, un des plus grands de la chanson québécoise, pour y puiser quelques extraits de sa chanson « Protest song » :
« On a les pluies acides
_ Le fast food insipide
_ L’arsenal des missiles
_ Made in U.S.A...
…Pendant ce temps-là
_ Y a ceux qui lancent un cri
_ Ceux qui n’ont pas les mots
_ Pour se défendre
_ Pendant les discours
_ Et les feux d’artifice
_ Y a tous ceux qui se demandent
_ Quand c’est que les choses vont changer »
Le message est lancé… quand les choses vont-elles changer? À mon sens, elles vont commencer à changer lorsque, à l’exemple de Martin Luther King dans son discours mémorable du 28 août 1963, les leaders vont incarner des porteurs d’espoir au plus profond de leurs rêves, lorsqu’ils oseront affirmer haut et fort « I have a dream », soit celui de changer les choses, les mêmes que dénonçait le leader noir en ces termes :
« America has given the Negro people a bad cheque whitch has come back marked « Insufficent funds », le type de chèque sans provisions que nous a légué le ROC depuis près de 150 ans.
Enfin, je rejoins la conclusion de M. Lapointe dans son billet lorsqu’il suggère de faire appel aux enfants comme porteurs de l’imaginaire d’un pays d’où surgira le pays réel, comme porteurs de rêves pour ce pays pour lequel les choses doivent changer :
«…si nos enfants portaient tout simplement en eux le germe du Québec imaginaire, un embryon qu’on ne peut encore nommer!…Il faudrait alors les écouter attentivement pour découvrir ce Québec imaginaire. Laissons donc nos enfants nous parler de leurs rêves et de leur vision de l’avenir du Québec dans lequel ils veulent vivre et élever leurs enfants. »
Peut-être arriverons-nous alors à savoir, par la bouche de nos rêveurs convaincus, de nos poètes et de notre jeunesse, ce que c’est que d’être Québécois de nos jours pour ensuite mieux nous atteler, avec eux, à la réalisation de notre rêve! À mon sens, la première, véritable et nécessaire alliance des sympathisants indépendantistes doit d’abord reposer sur les racines qui nourrissent nos espoirs!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2036 articles

  • 1 424 671

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé