Le « Reste du Canada »

D81486b67529b92478acd8ff6b848dd6

Crise d'unité canadienne : c'est l'Ouest qui est plus insatisfait d'Ottawa que le Québec


C’est un pays imaginaire. Une histoire inventée au Québec. Ça s’appelle le « Reste du Canada ». C’est une contrée qui, dans le temps de mon père, était vaguement définie géographiquement et qu’on nommait « les Anglais ». Puis, avec l’évolution de la sociologie et de la science politique, il y a eu « le Canada anglais ». Et enfin le « Reste du Canada », concept plus objectif : c’est le territoire du Canada, moins le Québec.




Le « Reste du Canada » est peuplé de gens qui ont une caractéristique essentielle : ils ne sont pas d’accord avec « le Québec » sur tous les sujets, sauf les Tim Hortons et la détestation du commissaire Gary Bettman.









Dans le « Reste du Canada », on avait coutume de rire de cette caricature made in Québec. Ce pays, il suffit de s’y promener le moindrement pour le constater, est infiniment plus complexe que la dualité Québec-Reste du Canada.


Il y a hors Québec des centaines de Canada. Entre Port aux Basques à Terre-Neuve, Edmundston au Nouveau-Brunswick, Winnipeg au Manitoba ou Red Deer en Alberta, pas grand ressemblance (sauf arénas et beignes-cafés).



Par ailleurs, en Ontario comme en Colombie-Britannique comme au Québec, il y a souvent plus de différence d’opinion entre les gens des grandes villes et ceux des régions qu’entre les provinces elles-mêmes, toutes langues confondues.


Ce qui m’amuse beaucoup ces jours-ci, c’est qu’on commence à voir cette métaphore du Reste du Canada utilisée dans… le Reste du Canada. Une sorte de Nous-contre-Eux nationaliste québécois inversé.









***


CBC Radio, mercredi matin. Déclenchement de la campagne électorale. Des analystes commentent les enjeux en direct. Ils sont à Toronto ou à Ottawa. Ils sont d’accord sur un point : Justin Trudeau marchera sur des œufs quand il sera question de la loi 21. Au Québec, l’interdiction des signes religieux pour les profs, les juges et les procureurs est populaire. Mais pas dans le « Reste du Canada », disent-ils.


Vraiment ?


Ça dépend de quel reste on parle. Toronto n’est qu’un de ces restes-là.









Je me souviens encore de l’élection en 1993 des 50 députés du Reform Party, qui dénonçait avec un grand succès dans l’Ouest le port du turban par les policiers de la GRC.


Un sondage Léger réalisé pour La Presse canadienne en juin montrait par ailleurs que les opinions sont loin d’être aussi tranchées. Au Québec, où le sujet est dans les médias depuis 12 ans, les deux tiers des répondants se disaient favorables ou très favorables à la loi.


En Ontario, 42 % se disaient favorables à la mesure, 47 % s’y opposaient. En Colombie-Britannique, 41 % se disaient pour, 44 % contre. C’est clairement moins, bien entendu. Mais ce n’est pas 90-10. En plus, la mesure n’est défendue hors Québec par aucun parti politique sérieux, à peu près aucun commentateur, alors qu’on a eu au Québec des débats incessants, un million de chroniques et une commission d’enquête.


Mieux : si on isole les partisans conservateurs du Reste du Canada, une majorité se dit favorable à l’interdiction du port de signes religieux pour profs, procureurs et juges.









Le même sondage révélait que le ressentiment contre Ottawa est maintenant plus grand presque partout dans le Reste du Canada qu’au Québec. À la question « Votre province reçoit-elle sa juste part du gouvernement fédéral ? », la réponse est « non » à 68 % en Alberta, 64 % dans les Prairies, 58 % dans les provinces de l’Atlantique, 49 % en Colombie-Britannique, 42 % au Québec et 37 % en Ontario.


Pour finir, un autre sondage, réalisé pour l’Association d’études canadiennes en mai, montrait le même appui au Québec pour la loi 21 (entre 59 % et 63 % d’appui à l’interdiction des signes religieux, selon qu’on parle de profs ou de juges, procureurs et gardiens de prison). On y voyait un fort clivage générationnel : plus on est jeune, moins on est favorable à la loi 21. On y voyait aussi ceci d’intéressant : si les restrictions sur le port de signes religieux « étaient jugées contraires à la Charte québécoise des droits et libertés », l’appui tombait à 40 %, l’opposition à 41 %.


Tiens donc…


***









Ça fait désordre dans les clichés de l’analyse politique canadienne, n’est-ce pas ? Depuis quand le Reste du Canada chiale plus contre Ottawa ? Hé ! C’est à nous, ça !


Contrairement à ce qu’on peut croire dans les médias à Toronto (ou à Montréal, au fait), le sujet des signes religieux n’est pas délicat seulement au Québec. Il a ses adeptes fervents et ses farouches adversaires, et plein de gens entre les deux, partout au Canada, même dans le Reste. C’est juste qu’en dehors du Québec, c’est une sorte de lion qui dort.


Andrew Scheer sait fort bien qu’un grand nombre de ses partisans dans le Reste du Canada seraient favorables à de telles mesures. Et que les quelques circonscriptions québécoises où il est en solide position sont aussi de forts sièges caquistes. Il ne faut pas s’attendre à de virulentes sorties de sa part sur la question…


L’autre chose qu’on aime à laisser entendre dans des médias du Reste du Canada est que Jagmeet Singh ne passe pas au Québec à cause de son turban. Comme s’il passait mieux ailleurs… La vérité, c’est qu’il en arrache à peu près partout. Si l’affirmation vestimentaire de sa foi est l’une des raisons de ses difficultés, ce n’est pas le cas seulement au Québec.









Ça fait l’affaire parfois au Québec de parler du Reste du Canada comme d’un bloc monolithique. Ça simplifie les histoires. Ça leur donne une couleur plaisante.


Ce qui est nouveau, c’est qu’ailleurs au Canada, certains ont commencé à se voir dans ce miroir déformé. À se voir dans ce reflet comme un Reste du Canada vertueux, lisse et consensuel.


C’est une caricature dans les deux cas.