Le PQ, un parti à deux étages

Tribune libre


En passant à la trappe la résolution que les militants du conseil national venaient d'adopter en faveur de la nationalisation de l'industrie éolienne, en fin de semaine, le chef André Boisclair confirmait une fois de plus le fait que le Parti québécois fonctionne comme une formation politique à deux étages. Au premier étage se trouvent les militants et les instances du parti qui élaborent le programme de façon démocratique. Au deuxième, trône le chef qui, avec sa garde rapprochée et un exécutif national impuissant sinon complice, modifie à sa guise la volonté des militants exprimée sur le parquet des instances.
«On se ramasse dans du mou et dans du flou (...) On ne peut parler des deux côtés de la bouche en même temps», a déploré le président du groupe progressiste SPQ libre affilié au PQ, Marc Laviolette, après ce camouflet . La position de M. Boisclair sur l'énergie éolienne ressemble d'ailleurs beaucoup plus à celle du premier ministre Charest qu'à celle du Conseil national de son parti. J'espère que les progressistes encore fidèles au PQ comprendront enfin la leçon. Pendant qu'au premier étage, on les laisse discuter du programme dans les instances, les décisions cruciales sont prises au deuxième étage par quelques individus dans l'atmosphère feutrée d'un club privé, comme ça se pratique d'ailleurs dans tous les partis traditionnels où le programme, ou ce qui en tient lieu, est considéré comme un hochet pour occuper les militants.
Un incident semblable s'est produit, il y a quelques semaines, alors que le chef Boisclair a tourné le dos à l'article 1.2.3 du programme qui contient les engagements du parti relatifs à la souveraineté d'ici les prochaines élections. Ce dernier avait été adopté lors du congrès de 2005 suite à «la saison des idées» qui voulait assurer le renouveau démocratique du parti. Depuis, il a refusé de préciser la démarche qu'un gouvernement péquiste entendait privilégier dans ce domaine sous prétexte de ne pas faire de «stratégie ouverte». Cette attitude signifie, comme s'est chargé de le préciser le chef bloquiste Gilles Duceppe, que la population québécoise devra attendre le déclenchement en bonne et due forme d'une éventuelle campagne référendaire avant d'en savoir davantage.
Pense-t-on pouvoir jouer à cache-cache avec l'électorat d'ici là? Il est d'ailleurs symptomatique que le chef péquiste, malgré ses professions de foi répétées envers le programme, n'ait pas encore mentionné un autre engagement important qui y est inclus. Celui d'entreprendre, après une victoire péquiste mais avant la tenue d'un référendum, un vaste exercice de démocratie participative prévoyant la mise en place de lieux de parole collective où les gens pourraient s'exprimer sans contrainte. Cette omission vient du le fait que plusieurs dirigeants péquistes n'ont toujours pas compris l'enseignement des événements survenus ces dernières décennies. Ainsi, ils ne semblent toujours pas avoir réalisé que le Québec n'accèdera pas à la souveraineté grâce à une conjoncture politique momentanément favorable. Créer un pays est un défi beaucoup plus exigeant que de prendre le pouvoir grâce à une embellie électorale dont on profiterait astucieusement pour aller décrocher une mince majorité dans un référendum. Si on veut un règlement durable de la question nationale, il faut que souveraineté politique se conjugue avec souveraineté populaire; non seulement dans l'urne référendaire mais tout au cours du processus qui y mène.
Paul Cliche, militant progressiste membre de Québec solidaire

Featured f44d27f94ebbf12b28f86dfe57497a44

Paul Cliche76 articles

  • 54 262

Membre fondateur du Mouvement pour une démocratie nouvelle et auteur du livre Pour une réduction du déficit démocratique: le scrutin proportionnel ; membre de Québec Solidaire; membre d’ATTAC Québec; membre à vie de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Nestor Turcotte Répondre

    30 octobre 2006

    Monsieur Cliche,
    Vous venez tout juste de découvrir ce que vous écrivez du PQ ou vous l'aviez découvert depuis longtemps et vous vous taisiez?
    Personnellement, je l'ai découvert ce que vous dites en 1976. J'ai été candidat deux fois pour ce parti (j'écris avec un petit «p»...car c'est ce qu'il est). En 1970 et 1976, les dirigeants du PQ nous faisaient dire qu'on ne pouvait pas être un bon gouvernement dans le régime fédéral actuel et qu'il fallait en sortir pour être «un bon gouvernement».
    En 1976, le PQ faisait dire à ses candidats exactement le contraire : «Le 15 novembre, votons pour un bon gouvernement, et on décidera ensuite par référendum la question nationale». Un parti qui est prêt à faire de pareilles manœuvres, ne mérite plus le nom de parti, mais de magouilleur, de tripoteur, et pour la liste à compléter, demandez à Claude Charron...Il utilisait ces mots en 1970, pour qualifier le régime de Robert Bourassa.
    Trente ans plus tard, la magouille continue. Le Parti va s'écraser dans peu de temps. Les fédéralistes ont mis à la tête du PQ quelqu'un qui leur ressemble. Ils ont écrasé Dumont en 2003. Ils feront la même chose en 2007. Et ceux (les nouveaux membres recrutés l'an dernier) qui étaient derrière le jeune diplôme de Harvard n'ont pas saisi la manœuvre. J'ai crié de toutes mes forces à ce moment-là. Les apparatchiks ont tenté par tous les moyens de me faire taire. Je ne me tairai pas et je sais que le temps me donne raison.
    Ou bien il faut recommencer ou plier l'échine et s'assimiler. Je cherche le chef qui nous aidera à relever la tête. Il doit se tenir silencieux, attendant son heure. Mais le temps file.
    A force de se faire berner, on en vient à croire que même ceux qui y croyaient,...faisaient semblant d'y croire. Pour se donner un instant de bonne conscience.
    Nestor Turcotte
    Matane

  • Normand Perry Répondre

    30 octobre 2006

    Michel David n'a-t-il pas écrit un jour (vers la fin de la campagne à la chefferie du PQ en 2005) que André Boisclair sera le fossoyeur de ce parti ?
    D'après ce que vous relevez monsieur Cliche, et s'il s'obtine dans l'attitude que l'on connaît de lui depuis novembre 2005, j'ai bien peur la vision des choses de Michel David d'alors se concrétise.
    Une chose est de plus en plus claire : la gauche et le centre-gauche au PQ c'est de la frime pour distraire les militants, tout comme les pains et les jeux furent de la frime pour distraire le peuple romain à l'époque des Empereurs.
    Au risque de me répéter, Boisclair + Charest + Dumont = nouveau Triumvirat du néo-libéralisme québécois.