Le NPD recrute Nima Machouf, l'épouse d'Amir Khadir

E03b6d689b4723e7191837d7870c4684

L'alliance des fédéralistes de gauche est de plus en plus décomplexée


Les néodémocrates recrutent dans la famille de Québec solidaire, en vue de l’élection de l’automne prochain. Le chef, Jagmeet Singh, annoncera mercredi que c’est Nima Machouf, l’épouse d’Amir Khadir, qui sera candidate à la succession d’Hélène Laverdière dans Laurier–Sainte-Marie, a appris Le Devoir.


La circonscription montréalaise s’annonce comme l’une des luttes qui seront le plus chaudement disputées dans sept mois. La néodémocrate Hélène Laverdière, qui avait délogé le chef bloquiste Gilles Duceppe en 2011, a annoncé l’été dernier sa retraite de la vie politique fédérale. Le NPD espère néanmoins conserver la circonscription, en y présentant Nima Machouf, ont indiqué trois sources au Devoir.


Cette dernière n’aura toutefois pas la tâche facile. Car le Parti libéral mise quant à lui sur l’environnementaliste Steven Guilbeault pour remporter la circonscription, a confirmé une autre source du Devoir. M. Guilbeault avait quitté Équiterre, en octobre, et les libéraux fédéraux l’ont presque aussitôt nommé coprésident d’un conseil consultatif en matière de lutte contre les changements climatiques.


Nima Machouf arbore le logo de Québec solidaire sur sa photo de profil Facebook. Amir Khadir a été le premier député solidaire et co-porte-parole du parti jusqu’en 2012. En février, Mme Machouf avait invité les internautes, sur Facebook, à voter pour le NPD à l’élection partielle d’Outremont. Épidémiologiste de carrière, elle avait été candidate pour Projet Montréal sur le Plateau Mont-Royal en 2009.


Le Nouveau Parti démocratique organisera une assemblée d’investiture dans Laurier-Sainte-Marie, mais Jagmeet Singh appuiera mercredi la candidature de Nima Machouf — ce qui en fera la candidate de l’establishment. Mme Machouf n’a pas rappelé Le Devoir lundi soir.


Inspiration solidaire


Le NPD souhaite d’ailleurs s’inspirer de Québec solidaire, en se présentant comme le champion de l’environnement et de la justice sociale pour renouer avec les Québécois lors de l’élection d’octobre.


« Québec solidaire a vraiment su saisir l’imaginaire des Québécois sur la question environnementale », a expliqué Jagmeet Singh en conférence de presse à Montréal lundi. « Les Québécois entretiennent un rapport fort à l’environnement, à la protection du territoire, de l’air, de l’eau. Les jeunes Québécois croient que nous devons faire plus pour l’environnement, et c’est pourquoi nous allons nous laisser inspirer par ce mouvement. »


Pour cette campagne de séduction, le NPD compte également sur Alexandre Boulerice, le lieutenant québécois qui a été promu lundi au rang de chef adjoint de la formation politique. « C’est une augmentation de son rôle qui montre l’importance du Québec au sein du NPD, a fait valoir M. Singh. Je veux être un allié pour le Québec. Il est important de reconnaître le Québec comme une nation distincte. » À ce titre, le député de Rosemont–La Petite-Patrie dirigera une campagne électorale distincte pour le Québec, mais se chargera également du recrutement de nouveaux candidats.



Québec solidaire a vraiment su saisir l’imaginaire des Québécois sur la question environnementale




À l’approche des élections, le parti de gauche bat de l’aile dans les sondages au Québec en arrivant au quatrième rang des intentions de vote, derrière le Bloc québécois, le Parti conservateur et le Parti libéral. Le NPD a en outre obtenu des résultats décevants à Outremont, le mois dernier, en perdant 18 points de pourcentage (avec 26 %) dans ses appuis alors que le Parti vert y a triplé les siens (avec 12,5 %).


« On n’est pas exactement où on voudrait être comme parti au Québec en ce moment, a admis M. Boulerice. C’est le temps de passer à une vitesse supérieure. Le meilleur chemin à suivre pour le NPD au Québec, c’est de reconnecter avec l’ensemble des progressistes pour une alternative claire au gouvernement libéral de Justin Trudeau. »


D’ici la Fête nationale du Québec, le NPD compte d’ailleurs égrainer son plan d’action et ses promesses en vue du prochain scrutin fédéral, un programme qui va chercher à interpeller tous les progressistes, a plaidé M. Singh. « Nous allons présenter un plan en environnement qui va démontrer que le temps des demi-mesures est clairement terminé », a ajouté M. Boulerice.