Le nécessaire identitaire

Vers la République québécoise

Ayant été relégué au rang de tiers parti lors de cette élection, le Parti québécois doit remettre en cause sa tendance post-référendaire à marginaliser les questions identitaires, questions dont il se faisait, à une meilleure époque, le super porte-étendard politique au Québec.
Des Pères de la nation qu'ont été René Lévesque et Jacques Parizeau, nous sommes passés, lentement mais sûrement, de Bouchard à Boisclair, à une vision politique fondée sur la gestion technocratique des enjeux provinciaux, reléguant à la périphérie la question centrale de l'identité québécoise. Sous Bouchard, nous avons troqué le tract pour la calculette, ébranlant du coup les fondements idéologiques et la culture politique du PQ, avec pour corollaire des résultats électoraux fondant comme neige au soleil d'élection en élection.
L'erreur du PQ aura été double. D'une part, le parti n'a pas su redéfinir le projet souverainiste à un moment où le gouvernement fédéral changeait sa stratégie face au Québec. À la suite du référendum, les libéraux fédéraux ont réorganisé le paysage politique en formulant une politique répressive à l'encontre du Québec, avec le plan B et son bras armé: la partition et la loi sur «la clarté».
Les conservateurs ont ensuite redessiné la relation Québec-Ottawa avec l'esquisse d'un plan A en offrant aux Québécois un «accommodement raisonnable» au sein de la fédération canadienne. La carotte et le bâton. Face à ces opérations d'une précision chirurgicale de la part d'Ottawa, les péquistes sont demeurés impassibles, incapables de s'adapter à un champ de bataille politique en constante évolution.
D'autre part, le PQ et le Bloc québécois ont adopté depuis 1995 le multiculturalisme comme doctrine identitaire, se coupant du même coup des raisons fondamentales pour lesquelles un peuple aspire à l'indépendance. Les Québécois ont décroché.
Racisme et intégration
De l'affaire Jan Wong aux incontournables propos de Jacques Godbout sur l'intégration des nouveaux arrivants, en passant par les locaux de prières à l'ETS, aux «accommodements» du «Y», le PQ ne nous a servi, en cette année charnière, qu'une seule réponse sur le débat de l'heure au Québec: «... il n'y a pas de service au numéro que vous avez composé, s'il vous plaît veuillez raccrocher». Jamais le PQ n'aurait dû se défiler de la sorte à un moment de notre histoire où nous avions besoin d'être rassurés.
Ce malentendu a évidemment pour cause l'amalgame maladroit entre la discrimination raciale évoquée par Jan Wong et les questions d'intégration soulevées par Godbout; comme si désir d'intégration rimait nécessairement avec intolérance. Au lieu de confondre intolérance et intégration, André Boisclair aurait dû se faire pédagogue et expliquer que l'intégration adéquate des immigrants est nécessairement liée à la souveraineté du Québec, car il s'agit de briser l'ambiguïté identitaire dans laquelle les nouveaux Québécois sont placés dès leur arrivée chez nous.
Ainsi, le désir d'intégrer les Québécois de toutes origines à une culture majoritaire inclusive n'a rien à voir avec la xénophobie ou le racisme. Ce qui est rejeté historiquement au Québec, c'est le vide identitaire du multiculturalisme à la canadienne, une approche «ghettoïsante» imposée de façon illégitime au Québec depuis le rapatriement de la Constitution en 1982.
Accommodements raisonnables
Sur la question des accommodements raisonnables, le PQ nous a systématiquement renvoyés à la Charte des droits et libertés, une institution qui donne lieu à des interprétations soulevant de plus en plus de questions au Québec, afin d'éviter de prendre position sur la question de l'intégration. Le hic, c'est qu'en suivant à la lettre la logique de la Charte nous n'aurons d'autre choix que d'accepter tôt ou tard le port du kirpan, du hijab, de la burka et du turban dans la police, dans les prisons, à l'hôpital et dans le reste de la fonction publique québécoise. Nous n'aurons d'autre choix que d'offrir des locaux de prière aux différentes confessions dans les écoles du Québec, Raéliens compris! Tout cela n'a aucun sens!
La Charte des droits et libertés visait initialement à protéger les minorités ethniques et religieuses contre la discrimination et la persécution; ces jours-ci, elle sert plutôt de plateforme juridique aux revendications des intégristes religieux en leur donnant privilèges exclusifs et droit de cité au sein de l'espace public québécois. La dérive est totale! Nous devons nous rendre compte que les «accommodements» qui confessionnalisent l'espace public vont à l'encontre des principes fondamentaux de l'État moderne tels que définis par Weber. En somme, sous le couvert d'«accommodements» ponctuels, c'est toute la structure de l'État qui est remise en cause.
À cet effet, est-il besoin de rappeler que la clause dérogatoire a été inscrite dans la constitution canadienne afin de soustraire le politique à la dictature de la Charte? Il est dommage que cet outil d'affirmation politique tombe graduellement dans l'oubli au profit d'une juridisation croissante des enjeux sociopolitiques.
Le prix de l'absentéisme
Ne sommes nous pas plusieurs à avoir eu, l'automne dernier, l'impression surréaliste que le premier ministre du Canada avait plus de choses à dire sur la nation québécoise que le «chef du mouvement souverainiste»? Absent du débat sur la nation, absent du débat sur les «accommodements raisonnables», indifférent aux propos des artistes tels que Michel Tremblay et Robert Lepage sur les orientations technocratiques du mouvement souverainiste, le PQ a lui-même orchestré sa débâcle électorale.
À l'apparente abdication du PQ sur les questions identitaires, de nombreux Québécois ont opposé un vote adéquiste. Aujourd'hui plus divisés que jamais, les Québécois auront désormais de la peine à produire des gouvernements majoritaires forts pouvant les conduire légitimement vers la pleine souveraineté. Le PQ doit non seulement revoir sa stratégie d'accession au pays mais également les raisons pour lesquelles il entend le faire advenir. Si on veut trouver du bon dans cette élection, on pourra admettre qu'elle forcera finalement la nécessaire remise en cause du projet souverainiste, remise en cause et redéfinition auxquelles le PQ aurait dû s'astreindre il y a 10 ans!
Alexis Cossette-Trudel, Candidat au doctorat, Département de sciences religieuses, Université du Québec à Montréal


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé