Teresa May se doit de profiter d'un référendum gagnant...

Le naufrage du Brexit?

548a020e1217ebaaf54d8080dcddd23f

Tribune libre

Les démissions à une journée d’intervalle de David Davis, ex-secrétaire d’État britannique chargé de négocier la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), et de Boris Johnson, désormais ex-chef de la diplomatie britannique, a jeté du plomb dans l’aile eu égard à l’engagement de Theresa May d'honorer le résultat du référendum de juin 2016.


Dans sa lettre de démission, Boris Johnson n’y va pas avec le dos de la cuillère arguant que « nous nous dirigeons vraiment vers le statut de colonie de l’UE » et que « le rêve est en train de mourir, étouffé par l'inutile manque de confiance [du Royaume-Uni] en ses propres forces ».


Un argumentaire qui tranche nettement avec la position de Teresa May qui plaide la volonté de Londres de maintenir une relation commerciale privilégiée avec l’UE malgré le Brexit, un plan qui prévoit notamment la mise en place d’une nouvelle zone de libre-échange avec l'UE.


Dans toute cette saga, fragilisée par les dissensions internes, Teresa May tente désespérément de sauver la chèvre et le chou, si bien que le retrait du Royaume-Uni de l’UE, le déclic qui avait été enclenché par le vote majoritaire des britanniques en faveur du Brexit, est en train de s’effriter à tel point que nous sommes en droit de nous demander si nous n’assistons pas au naufrage du Brexit!


Ici au Québec, qu’on le veuille ou non, les souverainistes ressentent un élan de sympathie pour les défenseurs du Brexit qui ne font qu’aspirer à un Royaume-Uni autonome. Et, à mes yeux, pour y parvenir, Teresa May se doit de profiter d’un référendum gagnant (un atout que ne possède pas encore le Québec) et de ne ménager aucun effort pour mener son pays à une complète indépendance! 





Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1157 articles

  • 1 186 751

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé