Sécession culturelle

Le montréalocentrisme

Montréal est-elle encore une ville québécoise ?

9bbdbcbecc51bf306ef6c6efde4cd633

Tribune libre

Montréalocentrisme : Centrer l’intégralité de la culture québécoise sur le fait montréalais cosmopolite et multiculturaliste isolé et unique au Québec.


À l’heure où le libéralisme identitaire canadien essuie deux grosses défaites électorales dans ses provinces, soi-disant, l’Ontario et le Québec un phénomène suscite de nombreux émois au Québec.


L’élection provinciale au Québec, ayant fait renaître politiquement le sentiment nationaliste que la province avait mis aux oubliettes, fait jaser. Le gouvernement de François Legault affirme ses objectifs électoraux d’un ton affirmatif. Le débat identitaire est relancé après quatre ans de censure multiculturaliste visant à y voir un règne autoritaire de la majorité historique francophone. Le noyau identitaire de la nation québécoise. Le nouveau gouvernement réaffirme, clairement, comme mentionné, dans sa plateforme électorale, les employés en position d’autorité qui refuseront de se soumettre au nouveau projet de loi sur la laïcité seront relocalisés vers un autre emploi où l’employé ne serait pas en position d’autorité.


Nous le savons bien, la majorité des Québécois était favorable à la précédente charte des valeurs du gouvernement Marois. Le gouvernement de Legault a le chemin pavé sur la question avec sa nette majorité à l’Assemblée nationale. Toutefois, certains groupes juridiques, syndicaux et contestataires manifestent leur désaccord quant à cette mesure. Démographiquement, la question mérite d’être étudiée. La vaste majorité de ces mesures s’adressent aux minorités culturelles qui vivent généralement à Montréal. Les différents groupes manifestants contre ces mesures viennent, eux aussi, essentiellement, de ces groupes minoritaires montréalais. Ce sentiment que Montréal se sépare de plus en plus du reste du Québec s’illustre à travers le fait que la Mairie de Montréal refuse de faire une utilisation convenable du drapeau Québec et de plus par la consultation publique sur le racisme systémique dans la ville.


Étant donné que 80% de la population immigrante du Québec habite la région métropolitaine de Montréal et que les groupes contestataires des revendications laïques de l’État se situent majoritairement à Montréal, ces gens n’ont-ils pas une vision pervertie de la société québécoise ? Ces gens ont-ils vu l’ensemble du Québec dans la complexité de ses différences ? Sont-ils sortis de Côte-des-Neiges ? Du Plateau-Mont-Royal ou de Westmount ? J’en doute fort bien. Pour ces groupes montréalocentristes, l’essentiel de la culture québécoise réside dans ce qu’est Montréal ; cosmopolite et multiculturaliste. Un fait unique et isolé au Québec. Cette tendance démographique à ce que les néo-Québécois vivent quasi seulement à Montréal amène à une ghettoïsation de ceux-ci sur le territoire montréalais par une sorte de conservatisme envers leur culture d’origine en oubliant la culture majoritaire québécoise et tout cela sans même prendre conscience du sentiment nationaliste distinct fortement présent à l’extérieur de la ville aux cent clochers. Ce sentiment est notablement illustré avec le bouleversement total de la carte électorale qui donne l’impression qu’un pot de peinture bleu ciel y a été déversé. Partout sauf à Montréal, bien évidemment…


Ces groupes d’extrême gauche oublient que la culture et l’identité québécoise ne résident pas exclusivement à Montréal, dans cette ville se ghettoïsant culturellement chaque jour. Cette culture n’est pas qu’accommodements raisonnables et inversion du devoir d’intégration. Montréal étant donné sa composition linguistique et culturelle se marginalise de plus en plus du reste du Québec.


 



Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Joseph De Rijck Répondre

    11 octobre 2018

    Je vous appuie, monsieur Levasseur. Montréal semble devenir la jumelle du GTA ( Greater Totonto Area ) et j'allais ajouter: mais en français. Ce qui serait erroné vu l'anglicisation galopante de la ville. Je reviens d'une petite ballade dans la région de Montmagny en poussant un peu plus loin vers L'Islet. On y retrouve le ' vrai Québec ', celui des vaillants pionniers, mais pour combien de temps encore? Je refuse de croire que la diversité, si chère à la gauche, arrivera un jour à changer l'image de cette belle région. Puissent les Québécois se réveiller et défendre leur héritage, leur culture et leurs moeurs et coutumes et surtout leur langue.