Le gouvernement québécois investit 175 millions sur cinq ans pour décontaminer les sols

8d162c381b1406965865b1ab0f367755

Sous couvert vertueux, un financement déguisé aux promoteurs et spéculateurs immobiliers






Le gouvernement québécois investira 175 millions de dollars sur cinq ans pour décontaminer les sols, un moyen pour lui de protéger l’environnement, tout en stimulant l’économie locale.


 

Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, en a fait l’annonce dimanche matin en compagnie du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à Montréal.


 

Dans cette enveloppe, 120 millions seront consacrés à réhabiliter les terrains contaminés appartenant à l’État. Les 55 millions restants seront réservés au programme ClimatSol-Plus, qui permettra aux municipalités et aux propriétaires privés de recevoir des subventions pour décontaminer un sol et y construire un parc, ou une entreprise, par exemple.


 

Selon le ministre Heurtel, la valeur des terrains non utilisés au Québec représente actuellement 2 milliards de dollars.


 

Le programme précédent qui était en place de 2007 à 2015, ClimatSol, qui comprenait un investissement de 60 millions, a permis d’aider 265 projets de décontamination — ce qui équivaut à 295 terrains de football — et a généré des investissements de 1,6 milliard.


 

La nouvelle a été bien accueillie par les municipalités et le milieu des affaires.


 

« Alors que plusieurs municipalités sont aux prises avec des terrains contaminés, elles auront désormais une plus grande marge de manoeuvre financière pour transformer ces terrains en opportunités de développement économique, tout en contribuant à la lutte contre les changements climatiques », a déclaré le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Bernard Sévigny, par voie de communiqué.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé