Le G-7 a-t-il encore un sens?

Les États-Unis de Donald Trump sont engagés dans une voie à sens unique qui les isole hermétiquement des six autres États membres d’un G-7 disloqué et extrêmement affaibli

5860df891608763956dd204bee12e443

Tribune libre

Groupe de discussion fondé en 1975 à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing, le G-7 traite principalement des questions économiques. Or, il s’avère que les quatre pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie) et le Canada reprochent aux États-Unis des mesures économiques, à savoir les nouveaux tarifs douaniers sur l’aluminium et l’acier qui les visent, une décision qui a été perçue comme une déclaration de guerre commerciale.


Si vous ajoutez à cet irritant le retrait américain de l’accord de Paris ainsi que de celui sur le nucléaire iranien, le transfert de l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem et les intentions de Donald Trump de se dissocier de l’ALENA, une question essentielle doit être posée : le G-7 a-t-il encore un sens d’autant plus qu’un retrait des États-Unis du G-7 serait catastrophique puisqu’à eux seuls, ils pèsent autant que le PIB des six autres États membres.


Le gouvernement de Justin Trudeau a dépensé, pour organiser le Sommet du G-7 au Manoir Richelieu de La Malbaie, la coquette somme de 600 millions $, à laquelle s’ajoutent plusieurs autres dizaines de millions de dollars de la part des villes impliquées dans les activités entourant le Sommet, lesquelles sommes sont remboursées par le Fédéral. C’est sans compter les dépenses allouées à la sécurité, soit 400 millions, dont, entre autres, 259 millions par la Gendarmerie royale du Canada, 99 millions par la Sécurité publique, 35 millions par l’entremise de la Défense nationale. C’est le prix à payer pour recevoir chez soi les sept chefs d’État du G-7 et leurs délégations de 3200 personnes, 3000 journalistes, les 16 pays africains invités et leurs délégations de 12 000 personnes.


Des chiffres pour le moins faramineux dans la perspective où les États-Unis de Donald Trump sont engagés dans une voie à sens unique qui les isole hermétiquement des six autres États membres d’un G-7 disloqué et extrêmement affaibli.



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1130 articles

  • 852 894

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Yves Corbeil Répondre

    10 juin 2018

    Si tu as pratiquement un milliard a dépensé pour que ces bouffons se partagent des petits fours à tes dépends le cirque peut continué sans indignation indéfiniment car les indignés sont maitrisé avant toutes manifetations qu'ils pouraient avoir envie de faire. Pour le spectacle et la forme le producteur du G7 a probablement produit celles qu'on a vu cette fin de semaine, 12 vietnamiens en voyage organisé dans Charlevoix qui manifeste contre le Vietnam et le bel âge qui prend sa marche du weekend dans le vieux Québec avec des acteurs en cagoulle.


    Sérieux, n'eut été la présence de Trump, il n'y aurait rien eu à écrire sur le sujet à part le milliard que le cirque coûtera aux canadien.


    Dépenser 1 milliard pour annoncer que le Groupe des 7 va faire don de 3,4 milliards pour l'éducation des jeunes filles ça fait cher. Imaginer 4,4 milliards pour les filles ou 3,4 pour les filles et 1 milliard pour les petits gars. N'importe quoi sauf du sérieux dans ces show de boucane aussi ridicule que des olympiques à 20, 25, 50 milliards.


    Il reste juste qu'à la suite de la rencontre de Singapour, Kim Yum Yum 1 et Trompe le monde annonce que la Nord Coré vient de découvrir le plus gros gisement de pétrole jamais découvert sous l'île et qu'ils l'exploiteront ensemble...fin des épisodes du Canada de ''juste un'' avec son ''gender'' bitumineux puis un autre 4,5 milliards qui aurait pu aller dans l'éducation de tites filles qui s'envole par un tuyau vers les states de ''trompe toi pas'' y boulverse l'establishement des cyniques aux pouvoir.