Avez-vous déjà entendu Gilles Duceppe avouer un tantinet de tort au cours de sa carrière politique?

Martine Ouellet, la victime

3e5ec204b35fd067ee720ed35ffc998a

Tribune libre

Très nombreux ont été les commentaires venus de toutes parts condamnant les attaques personnelles de Martine Ouellet contre ceux qui l’ont dénigré dans la saga qu’elle a livrée contre ses détracteurs lors de la conférence de presse qui annonçait son retrait de la chefferie du Bloc québécois. Et, ces mêmes commentaires étaient généralement accompagnés d’allégations de victimisation dont faisait preuve Martine Ouellet en ne faisant mention d’aucun tort de sa part dans toute cette histoire.


Parlons d’abord des attaques personnelles de Mme Ouellet, notamment contre Gilles Duceppe et Mario Beaulieu. En ce qui concerne l’ex-chef du Bloc québécois, devenu la belle-mère officielle du parti, s’est-t-il caché derrière les rideaux pour pourfendre à bras raccourcis la chef du Bloc sur toutes les tribunes qui lui ont été offertes? Bien sûr que non…Et pourtant, je n’ai entendu aucune critique de la part des médias à ce sujet.


Quant à Mario Beaulieu, le putschiste qui a fomenté le désaveu de la chef du Bloc, celle-là même qu’il a appuyée comme futur chef au congrès d’investiture à la chefferie du parti, s’est-il caché derrière les rideaux pour clamer haut et fort son choix clairement avoué de voter contre le leadership de Martine Ouellet? Bien sûr que non!


Conséquemment, quelqu’un peut-il me dire pourquoi Martine Ouellet se serait vider le cœur en catimini contre ces deux personnages? Pourquoi ce qui est toléré pour certains ne le serait pas pour Mme Ouellet?  


Enfin, concernant le fait qu’elle ne s’attribue aucun tort dans l’épopée qui a conduit à son désaveu, je dois admettre qu’un brin d’humilité aurait pu ressortir des propos de Martine Ouellet… quoique, à cet effet, avez-vous déjà entendu Gilles Duceppe, perçu comme un politicien rigoureux et exigeant, avouer un tantinet de tort au cours de sa carrière politique?


Henri Marineau, Québec



Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1197 articles

  • 1 171 505

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Author extra bg
Author extra bg

Paradoxes à l'OIF


Author extra bg

Taillefer à l'affût...


Author extra bg

Le choc des idées



Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    11 juin 2018

    La belle-mère officielle, celle qui a perdu le Bloc! (l'intransigeant)