Le coût du dépendantisme

Et la soumission de Couillard

Tribune libre

Sur le Saint-Laurent, notre Saint-Laurent, les longs superpétroliers naviguent. Et le projet d'Oléoduc de Transcanada pour transporter le pétrole des sables bitumineux par le Québec avance à grands pas avec l'appui des trois partis fédéralistes à Ottawa, y compris le tortueux NPD de Thomas Mulcair.

Comme le disait candidement le premier ministre de l’Alberta, Jim Prentice, en tournée à Québec, le projet d’oléoduc Énergie Est s’inscrit dans une perspective de « nation building » et il serait encore « plus fort » si un port était construit sur les rives du Saint- Laurent.

Le premier ministre du Québec - mais de moins en moins de Québécois - considère que c'est la moindre des choses, que c'est le prix à payer pour la péréquation. En bonne province, le Québec doit participer au grand effort pancanadien de mise en valeur du pétrole bitumineux albertain. « Le gouvernement fédéral dépense 16 milliards de plus qu'il ne perçoit au Québec et une grande partie de cette richesse provient de l'exploitation des hydrocarbures dans l'ouest du pays », a-t-il dit. « Il faut qu'on participe à l'économie canadienne », a-t-il rajouté. Alors, les longs superpétroliers naviguent sur notre Saint-Laurent. Une petite contribution de Philippe Couillard (le choix de Thomas Mulcair!) à l'économie canadienne.

C'est tout naturel. Quand on veut faire partie de la bande, on se comporte comme la bande. L'avenir du Canada dépend du pétrole albertain? « Eh bien! Le Québec est partant. « Tout pour le pays », rétorquent les provincialistes. « Un choix sensé », ajoute le NPD. D'une part, M. Couillard oublie de nous dire qu'une grande partie de ces 16 milliards est empruntée par le Canada au nom du Québec et que la plupart des provinces (sauf l'Alberta) reçoivent plus que ce qu'ils envoient à Ottawa. Bien que ces données de Statistique Canada pour les provinces ne sont plus disponibles depuis 2009, on se souviendra que cette année-là, le Canada a reçu 33 milliards de plus que ce qu'il a payé. Et que cette année-là, le Québec a reçu 13,6 milliards de plus que ce qu'il a versé, soit 1700 dollars par habitant, comparativement à 7660 dollars par personne en Nouvelle-Écosse !

Par ailleurs, que le dollar canadien soit dopé par le pétrole albertain et que cela diminue notre capacité d'exporter, affecte directement et négativement l'emploi au Québec, comme l'a démontré l'Étude de l'Institut Pembina et d'Équiterre de novembre 2013, ce n'est pas qui va empêcher de dormir le premier ministre canado-québécois, Philippe Couillard. Ce n'est pas l'austérité qui définit ce gouvernement, c'est la soumission à Ottawa, ce sont les intérêts du Canada avant les intérêts du Québec.

Ce qui définit le gouvernement Couillard, c'est sa volonté de faire du Québec une province comme les autres. Fini le modèle québécois, il faut rentrer dans le rang. Et c'est pourquoi il y aura peut-être un pipeline qui traversera le cœur du Québec comme une longue veine noire et qui permettra aux pétrolières de passer par chez nous pour se faire de l'argent. De beaux pétrodollars pour l'Alberta, et pour les Québécois, pour notre territoire, les risques de marées noires.

Sachant qu'on ne peut compter ni sur le gouvernement de Stephen Harper, ni sur les libéraux de Justin Trudeau, ni sur les néo-démocrates de Thomas Mulcair, nous avons besoin d'une voix qui parle pour le Québec sans compromis. Nous avons un gouvernement fédéral qui n'a aucune considération pour le Québec, deux partis d'opposition qui ne veulent pas déplaire à leur électorat de l'Ouest, quitte à abandonner le Québec, et nous avons un gouvernement provincialiste à Québec qui rêve de s'intégrer dans ce beau grand projet fédéral. Dans tous les cas, pour Philippe Couillard comme pour Tom Mulcair, c'est le Canada d'abord.

Avec des adversaires sur tous les fronts, le mouvement indépendantiste, le Québec a besoin d'être fort, a besoin de se faire entendre. Face à l'indifférence des conservateurs et à la complicité du NPD et des libéraux, il nous faut des femmes et des hommes pour qui c'est le Québec d'abord, le Québec tout le temps. Le coût du dépendantisme, c'est trop cher payé. Ce qui est vraiment payant pour un peuple comme pour une personne, c'est l'indépendance.

Mario Beaulieu
Chef du Bloc Québécois

Featured 667b4dde2447de273ed3eabb87b5ad43

Mario Beaulieu41 articles

  • 21 910

Député (fédéral) de La Pointe-de-l'Île, 9e et 13e Chef du Bloc québécois, ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et ex-président du Mouvement Québec français.





Laissez un commentaire



16 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    12 décembre 2014

    Monsieur Charmichael
    Je m'excuse, pour moi il y a des différences considérables dans les dépenses. Différence par exemple de 800 millions( Aux adminitrations locales), 1,5 Mi dans les biens et services, et différence de 1 à 2Mi pour les tranferts aux particuliers.
    C'est important et inadmisible....pour moi et c'est peut être parce que j'ai une formation en comptabilité.
    Monsieur Beaulieu ne conteste pas ces chiffres ! Il devrait en se basant sur l'étude de Stéphane Gobeil.
    D'autant plus qu'il ne semble pas fort dans les chiffres:
    ''Bien que ces données de Statistique Canada pour les provinces ne sont plus disponibles depuis 2009, on se souviendra que cette année-là, le Canada a reçu 33 milliards de plus que ce qu’il a payé.'' dixit Mario Beaulieu.
    C'est exactement le contraire. Le Canada a recu cette année là, selon mes calculs, environ 31 Milliards de moins qu'il a versé.
    Alors, je répète ma question à Monsieur Beaulieu, ne vous déplaise. Va t-il se fier à Stéphane Gobeil ou à Stat Canada.?
    Et vous Monsieur Carmichael ?

  • Archives de Vigile Répondre

    11 décembre 2014

    @M. Lacasse,
    Il semble bien que vous possédiez déjà toutes les réponses à vos questions. Pourquoi alors interpellé M. Beaulieu là dessus? Celui-ci ne conteste pas les chiffres de StatsCan.
    Vous avez noté qu'il n'y a pas concordance parfaite entre les données de StatsCan et de l'ISQ. il semble que vous en ayez trouvé les raisons sur le site de Jeanne Émard. Nous sommes quand même dans les mêmes eaux. Alors, c'est quoi le problème?
    J'ai comparé les données pour 2009. Sur les recettes, je ne note qu'une différence de $179M sur un total de quasiment $40G. L'ISQ rapporte $1.6M de dépenses de plus que StatsCan. Par contre, l'ISQ a comptabilisé $1.1G sous la rubrique OSBL, ce que StatsCan ne semble pas avoir fait. En tenant compte de cela l'ISQ et StatsCan sont suffisamment proche pour ne pas justifier une polémique.
    Alors, c'est quoi le problème?

    «Voilà pourquoi Mario Beaulieu devrait maintenant intervenir et donner ses chiffres et son interprétation.»

    Pourquoi pensez-vous que les chiffres de M. Beaulieu pourraient être différents de ceux de l'ISQ ou StatsCan? À ce que je sache, M. Beaulieu ne conteste aucunement ces chiffres.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 décembre 2014

    Monsieur Beaulieu
    Je crois que vous faites fausse route en vous dirigeant à Ottawa comme chef du Bloc. Vous qui êtes un patriote et un grand défenseur de la langue française (vous l'avez prouvé à la SSJB), vous auriez dû vous présenter comme aspirant chef au PQ, ça l'aurait mis du piquant dans cette course qui ne lève pas. Je vous verrais comme le futur ministre de la Culture dans le cabinet Péladeau. Il faut cesser de diviser nos forces au Québec et faire tous ensemble un front national québécois pour renverser Couillard et ses marionnettes fédéralistes au service du West Island.
    Le Bloc n'a rien apporté de concret au Québec durant les 20 dernières années. L'ancien chef et ses députés se sont tellement fait laver le cerveau dans la capitale nationale des anglos, qu'en dernier, ils faisaient la distribution du drapeau "canadian", en cadeau aux Québécois. Il faut le faire! Il faut cesser de jouer sur deux tableaux en même temps et sortir comme je le dis souvent sur Vigile de cette confusion identitaire fédéraliste, bilingue, multiculturelle et aliénante par l'indépendance du Québec qui de toute façon se fera ici et non à Ottawa. VIVE LE QUÉBEC INDÉPENDANT, LIBRE ET FRANÇAIS!
    André Gignac 11/12/14

  • Archives de Vigile Répondre

    11 décembre 2014

    @M. Lachapelle,
    J'ai répondu à M. Lacasse le 09/12 @ 21h07.
    En quoi est-ce que cette réponse ne vous convient pas?

  • Archives de Vigile Répondre

    10 décembre 2014

    http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/economie/comptes-economiques/comptes-revenus-depenses/comptes-revenus-depenses-2013.pdf
    Monsieur Carmichael
    Les données contenues dans le site que vous m'avez mentionné sont etendues jusqu'à l'année 2012 (de 2007 à 20012) par l'Institut de la statistique du Québec.( voir le site ci-haut) Il y a des différences avec le fédéral!
    Par ailleurs, je suis bien conscient qu'il s'agit d'un sujet complexe et qui peut donner lieu à plusieurs interprétations ( Tel que le révèle Jeanne Emard, voir http://jeanneemard.wordpress.com/2011/01/05/le-quebec-recoit-il-plus-quil-ne-donne-au-federal/)
    J'ai déjà lu Stéphane Gobeil et je n'ai pas été convaincu, mais plutôt confondu. Peut être, devrai-je le relire?
    Voilà pourquoi Mario Beaulieu devrait maintenant intervenir et donner ses chiffres et son interprétation.
    PS: Petite curiosité: en 2009, le fédéral environ recoit 216 milliards des provinces et y dépense 247. toutes sont déficitaires sauf l'Alberta qui contribue 16 milliards (BC est à 0). Cette année là le déficit fédéral est de 58 Milliards!

  • François A. Lachapelle Répondre

    10 décembre 2014

    La conclusion du commentaire de Roger LACASSE, je cite: « J’attends, sans m’illusionner, votre réponse.» m'intéresse au plus haut point.
    Mario Beaulieu doit rendre disponible la réponse au commentaire de Roger LACASSE.
    Je suggère que la réponse soit disponible sur le site du Bloc québécois incluant une présentation comptable documentée sur deux colonnes, la colonne des revenus perçus du Québec par Ottawa, tous les revenus, ET la colonne des paiements d'Ottawa destinés au Québec et aux Québécois(Es), tous les paiements.
    Si Mario Beaulieu fait défaut de répondre dans les 48 heures, sa crédibilité fera défaut ainsi que celle du Bloc dont je suis membre.

  • Archives de Vigile Répondre

    10 décembre 2014

    @ Monsieur Haché
    Vous avez raison. Il est clair dans ma tête que toute cette immigration fait partie d'un plan d'assimilation, de génocide dirigé contre le Québec et n'a aucun rapport avec l'emploi. À quand un référendum sur l'immigration comme en Suisse?
    André Gignac 10/12/14

  • Archives de Vigile Répondre

    10 décembre 2014

    Si je ne me trompe pas, les journaux du Québec et la télévision ont été pas mal silencieux sur le sondage de la firme Ipsos Reid du mois de novembre dernier indiquant qu'il y aurait 21% des québécois qui auraient l'intention de voter pour le Bloc québécois. Il me semble que l'on est beaucoup plus volubile lorsqu'il y a une baisse, si légère soit elle, de ces intentions.

  • Archives de Vigile Répondre

    10 décembre 2014

    Salut Ouhgo,
    «Encore une fois, on va demander ici à M. Beaulieu de rédiger le budget de l’an Un. Bon, il a un peu couru après en parlant du coût de la dépendance. Mais il semble en position pour nous présenter une bonne esquisse.»
    Un budget de l'an 1 relève plus d'un parti provincial indépendantiste. Là où le Bloc pourrait faire oeuvre utile serait de reprendre le travail de Stéphane Gobeil pour mettre à jour son livre "Un gouvernement de trop", et pousser l'analyse encore plus loin.
    L'arme fatale des fédéralistes est le terrorisme économique. C'est là dessus qu'il faut mettre tous nos efforts, autant au provincial qu'au fédéral. Un budget de l'an 1 est donc un passage obligé. C'est un exercice risqué, mais incontournable.
    Ce matin, Alexandre Cloutier enfourche le cheval du serment d'allégeance à la reine et des dépenses du GV. Ce sont des choses bien accessoires qui ne nous conduirons pas à l'indépendance. Ces détails se résoudront d'eux-mêmes lorsque l'indépendance sera acquise.
    M. Cloutier serait mieux avisé de nous proposer des actions sur "les vrais affaires".

  • Marcel Haché Répondre

    10 décembre 2014

    Je vous l’écris en toute amitié, Mario Beaulieu.
    Si vous croyez Nous faire cette sorte de démonstration comptable du coût du fédéralisme lors de la prochaine élection, je crains que vous et tout le Bloc en mangiez une maudite.
    Le maillon faible, c’est l’Emploi, ce ne sont pas les « Transferts ». Et puis le dollar canadien n’est pas « dopé » par le pétrole, c’est la marque elle-même du pétrole. Le dollar canadien est devenu un pétrodollar. C’est pour cette raison que l’Emploi se porte si mal au Québec.
    Vous nous parler de Couillard. Good. L’avez-vous vu esquisser la moindre coupe au ministère qui s’occupe de Nous importer des immigrants ? Clisse, le Québec perd 100,000 emplois temps plein depuis un an- rien n’indique par ailleurs que ce cycle s’achève- et on importe des immigrants sous prétexte qu’il y aurait des pénuries de main d’œuvre ! Non, mais…y aura-t-il bientôt quelqu’un pour simplement Nous défendre-Nous- plutôt que de Nous entretenir d’une comptabilité, certes incontournable pour la Nation, mais cependant secondaire pour l’Électorat...
    Les « vraies affaires », est-ce que ce ne sont pas ces vraies jobs perdues ?
    Je salue bien bas le courage que vous avez d’être venu sur Vigile. Mon vote vous est assuré. Mais clisse…

  • Archives de Vigile Répondre

    9 décembre 2014

    @M. Lacasse,
    «Vous êtes-vous déja posé ces questions et publié des réponses ?
    J’ai bien peur que non. »

    Pas besoin de se poser des questions bien longtemps, M. Lacasse. Ces informations sont du domaine public, publiées par Statistiques Canada.
    Voici le tableau des recettes et dépenses de l'Administration fédérale au Québec.
    Malheureusement, 2009 semble être la dernière année disponible.

  • Archives de Vigile Répondre

    9 décembre 2014

    Le Bloc québécois m'apparaît indispensable pour défendre les intérêts du Québec mais aussi pour sensibiliser les québécois aux sommes colossales que l'on pourrait épargner en ayant un seul gouvernement. Le livre de Stéphane Gobeil ¨Un gouvernement de trop¨ est à ce sujet un excellent document de référence et le Bloc pourrait vulgariser et compléter le contenu d'un tel document. Il serait ainsi intéressant que le Bloc détaille ce que coûte le gouverneur général, les sénateurs, la chambre des communes, la duplication des ministères. Il faudrait également parler de biens d'autres coûts comme les coûts engendrés par le fait d'avoir deux rapports d'impôts.
    Par ailleurs je verrais bien quelques gens d'expérience se porter candidat pour le Bloc mais surtout beaucoup de jeunes issus du Bloc et des partis souverainistes oeuvrant sur la scène provinciale. Il y en a sûrement quelques-uns qui ont déjà commencé à se faire connaître de la population de leur circonscription lors d'élections précédentes; les recruter rapidement et faire déjà du porte-à-porte serait un avantage pour le Bloc.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    9 décembre 2014

    Encore une fois, on va demander ici à M. Beaulieu de rédiger le budget de l'an Un. Bon, il a un peu couru après en parlant du coût de la dépendance. Mais il semble en position pour nous présenter une bonne esquisse.
    Naturellement, cet exercice nous place toujours face au décompte de notre part des effectifs canadiens, sur et hors notre territoire. Et ça ramène à l'évidence: depuis 1995, le Canada s'est affairé, dans cette optique, à fermer le plus de services fédéraux au Québec: aéroports, routes ferroviaires, forces militaires, ports et quais, Postes, Douanes, police fédérale, et quoi d'autre... notre part:partie en fumée! Heureusement, si on est assez combatifs, on saura calculer notre part des services hors Québec qui se sont ainsi accrus, genre aéroport Pearson à Toronto, Olympiques à Vancouver!
    Ceci est une partie de la tâche qu'on demande à M. Beaulieu, qui sera sans doute privé des services fédéraux fournis aux autres partis ennemis. Il ne manquera pas de calculer les dédoublements de fonctions dûs aux ministères de trop. Aussi, plus le pouvoir est loin du peuple, plus la corruption est facile... et l'autre peuple, depuis les commandites, n'a pas encore amorcé la purge que nous avons commencée... Et les frais de la Cour Suprême, où nous guerroyons constamment pour défendre nos lois linguistiques, qui seront plus faciles à établir dans un pays indépendant! Et notre immigration sera libérée des ruses canadiennes. Les représentations à l'internationale, sans bois dans les roues. Avec la France en particulier.
    Allez, Mario, aidez-nous à faire la démonstration de supériorité de la liberté!

  • Archives de Vigile Répondre

    8 décembre 2014

    ''Bien que ces données de Statistique Canada pour les provinces ne sont plus disponibles depuis 2009, on se souviendra que cette année-là, le Canada a reçu 33 milliards de plus que ce qu’il a payé. Et que cette année-là, le Québec a reçu 13,6 milliards de plus que ce qu’il a versé, soit 1700 dollars par habitant, comparativement à 7660 dollars par personne en Nouvelle-Écosse !''
    Cher monsieur Beaulieu, vous touchez là un point névralgique difficile à démêler mais essentiel à votre présence à Ottawa.
    Selon les statistiques du gouvernement du québec on enverrait à ottawa 45 milliards et Ottawa nous renverrait 60 milliards.
    Il faut me semble-t-il faire la différence entre ce que l'on envoie et ce que Ottawa retire du Québec. Ainsi, Ottawa obtient de ses sociétés publiques, gouvernementales la somme de 27Milliards. Combien provient du Québec? et est-ce inclus dans le montant de 45 milliards. Les taxes d'accise et frais de douanes d'importations du québec versés à Ottawa sont-elles de même incluses. Le total canadien est d'environ 5 milliards. À combien estimez-vous la part du Québec.
    Voila le coté revenus ou entrés d'argent.
    Du coté déboursés, les individus recoivent l'assurance chomage, pensions de viellesse, allocations familiales, programme universelle de garde d'enfants... Les municipalités recoivent?? le gouvernement du Quebec recoit la peréquation. Tout cela ne fait pas 45 milliards et de loin.
    On arrive donc au troisième point, comment se font les allocations pour arriver à environ 60 milliards ?. Ainsi, comment et combien nous est alloué pour les dépenses militaires, les représentations à l'étranger, les dépenses pour les amérindiens, intérêt sur la dette, etc
    Enfin, le quatrième point, à combien estimez-vous que ces dernières dépenses (allocations) pourraient ou devraient nous couter en cas d'indépendance (avec austérité ou laxisme) et en incluant ou non une part des intérets de la dette du fédéral (car cela entraine un partage des actifs à négocier).
    Vous êtes-vous déja posé ces questions et publié des réponses?
    J'ai bien peur que non. Par suite, au prochain scrutin canadien, je préfère m'abstenir plutôt que de voter pour un groupe qui ne fera que répéter inévitablement l'innéfable Gilles Duceppe avec ses arguments.
    J'attend, sans m'illusionner, votre réponse.

  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    8 décembre 2014


    Le coût du dépendantisme va aller en s'accentuant :
    L’étranglement fiscal du Québec
    http://www.vigile.net/L-etranglement-fiscal-du-Quebec
    Ce qui veut dire que, dans l'espace provinciale, la politique d'austérité va devoir se répéter périodiquement. L'occasion d'une prise de conscience pour les gagas du fédéralisme.
    Le Bloc a un rôle important à jouer. Et les souverainistes aussi, surtout ceux qui votent pour le NPD, le parti le plus centralisateur sur la scène fédérale. Ils vont devoir revenir à la réalité, quand on est souverainiste on appui un parti souverainiste.
    Le dernier sondage nous donne un signe d'encouragement pour le Bloc (de 13 à 21 %). Faut il y voir l'effet de la déclaration de P K Péladeau, qui a réveillé le monde sur la pertinence du Bloc (d'où le ralliement), je penses que OUI.
    JCPomerleau

  • Archives de Vigile Répondre

    8 décembre 2014

    Ah libération, tu es comme le soleil si réconfortant; sous ta lumière bienfaisante, toutes les richesses de la terre se rassemblent ; là est le grand contentement général des nations libres.
    Serge Jean