Deux nominations québécoises aux Oscars

Le court métrage, l'enfant pauvre du cinéma

Béatrice Picard, un talent qui outrepasse le temps

255e8ec45532738500f4b1286f370233

Tribune Libre

On ne peut qu’applaudir au fait que deux courts métrages québécois, Marguerite et Fauve, soient finalistes à la 91e cérémonie des Oscars. Toutefois, aux yeux du distributeur de films chez H264 et co-créateur du festival de courts métrages sur Facebook Pleins écrans, Jean-Christophe Lamontagne, la pente est encore longue avant que le court métrage sorte de son statut d’ « enfant pauvre du cinéma » et obtienne ses lettres de noblesse.


À cet effet, c’est entre autres parce qu’il a été confronté à un manque de ressources alors qu’il réalisait son premier film que Jean-Christophe Lamontagne a décidé de prendre le court métrage québécois sous sa tutelle. « Je me suis alors rendu compte assez rapidement qu’au Québec, il se fait de très bons courts métrages, mais que malheureusement, ils ne sont pas vus. Ils ne sont pas appréciés à leur juste valeur ».


Aux dires de M. Lamontagne, le court métrage n’a malheureusement pas toujours une bonne réputation. Les gens pensent parfois que ce sont de « petits films », alors que dans les faits, les courts métrages nécessitent autant de préparation et de temps de production qu’un long métrage, parfois même davantage.


Mais, en réalité, cette double nomination du Québec aux Oscars dans la catégorie Court métrage contribuera-t-elle à un vent de changement pour le court métrage au Québec? « Je pense que la véritable valeur, c’est la reconnaissance au Québec, mais aussi à l’international, de notre cinéma », répond M. Lamontagne…D’ailleurs, depuis l’annonce de cette nouvelle, on commence à parler de courts métrages dans les médias! 




Béatrice Picard, un talent qui outrepasse le temps


À l'âge plus que vénérable de 89 ans, il convient de souligner de façon toute particulière le talent exceptionnel de cette actrice québécoise auprès de qui le temps ne semble nullement avoir d'emprise... Un grand coup de chapeau à vous, Mme Picard! 


Réactions de Mariane Farley et Jérémy Comte... 


https://www.lapresse.ca/cinema/ceremonies/201901/22/01-5211898-deux-courts-metrages-quebecois-finalistes-aux-oscars.php

 


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1260 articles

  • 1 167 781

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé