Le Conseil de presse retire son blâme contre Alain Gravel et Radio-Canada

396db58e6caa02252c404b8478c2577e

Pour qui roule le Conseil de presse ?

Le Conseil de presse fait volte-face : il annule son jugement contre le journaliste Alain Gravel et son employeur Radio-Canada au sujet du reportage « Claude Blanchet aurait sollicité des firmes de génie-conseil », diffusé à l’émission Enquête le 31 mars 2014.



Le reportage soutient que Claude Blanchet, le mari de l’ex-première ministre du Québec Pauline Marois, aurait fait de la sollicitation auprès de firmes de génie-conseil pour la campagne politique de sa femme en 2007 et 2008.



Pour ce faire, il aurait utilisé un système de prête-noms. Le topo a été télédiffusé à une semaine de l’élection provinciale de 2014, alors que Mme Marois était au pouvoir.



Dans une décision en appel qui sera rendue publique jeudi, le Conseil de presse rejette tous les éléments de la plainte déposée le 28 juillet 2014. Le plaignant déplorait « l’absence d’intérêt public, l’utilisation abusive d’une source confidentielle et l’absence de corroboration d’une information, ainsi qu’une présentation tendancieuse de l’information ».



« Il était d’intérêt public de produire et de diffuser un reportage mettant en doute l’affirmation d’un des chefs de parti […] alors que les citoyens s’apprêtaient à choisir leur prochain gouvernement », est-il écrit dans la décision.



Après avoir entendu les deux parties en audition le 11 décembre, le Conseil a également conclu que « l’information selon laquelle M. Blanchet a fait du financement politique a bel et bien été corroborée » et que « les mis en cause ont su démontrer la rigueur et l’objectivité de leur démarche journalistique ».



Enfin, l’utilisation d’une source confidentielle était justifiée par « l’intérêt public et la crainte de représailles, un motif clairement exposé dans le reportage », a tranché le Conseil.



Dans sa décision initiale rendue en février 2015, il avait jugé que Radio-Canada et son journaliste avaient fait un « usage imprudent » d’une source confidentielle.


> Lire la suite sur Le Devoir.