Le cirque de la Station spatiale internationale

Insolites....



Il faut probablement remercier le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, de fournir par inadvertance une preuve supplémentaire de l'inutilité totale de la Station spatiale internationale. Obnubilés par les millions de dollars du cracheur de feu québécois et roulés dans la farine d'une mission humanitaire» par les experts en marketing de la société russe Space Adventures, les commentateurs qui ont couvert l'annonce de sa promenade prochaine autour du globe ont raté une belle occasion de se poser une question pourtant très simple: mais quelle est au juste la fonction réelle de cette station orbitale qui n'en finit plus d'être en construction depuis 1998?
Malgré des affirmations constamment répétées selon lesquelles la station spatiale est un lieu de recherche scientifique, aucune recherche sérieuse et aucune découverte significative n'ont jamais eu lieu dans ces cylindres spatiaux. Et ce, malgré les coûts réellement astronomiques de plus de 100 milliards de dollars depuis le début de cette «aventure» lancée par le président Ronald Reagan en 1983 et auquel on associa par la suite d'autres pays, dont la Russie, l'Europe, le Canada, le Japon et quelques autres pays.
Aucune justification
Dès le début des années 1990, un comité scientifique consultatif affirmait que la station orbitale n'avait aucune justification sur le plan scientifique, jugement ensuite confirmé par les associations américaines des physiciens et de biologie cellulaire qui dénonçaient le mythe que des cristaux d'une pureté unique pourraient être obtenus en microgravité spatiale et que des médicaments utiles pourraient en sortir.
Encore en 1998 un ministre français affirmait que la station n'avait aucune valeur scientifique et qu'elle coûtait trop cher. Enfin, pour ceux qui croient que les choses ont peut-être changé depuis, rappelons le tout récent éditorial de la prestigieuse et très sérieuse revue Nature, qui affirme, en date du 7 mai dernier, que la station orbitale est toujours à peu près inutile.
Touristes contre scientifiques
Des coûts croissants et, surtout, la chute brutale de l'URSS ont fait en sorte que la Russie s'est retrouvée avec de gros problèmes financiers; elle n'avait plus du tout les moyens de se payer le luxe de cette station orbitale. D'où l'idée de génie de «faire payer les riches»! Ce dont allait s'occuper la firme Space Adventures.
Car il faut souligner que ce sont seulement les Russes qui accueillent dans leur fusée Soyouz les personnes blasées d'avoir tout vu et tout fait, mais assez riches pour se payer le luxe d'une ultime excitation. L'Agence spatiale russe n'a en effet pas d'autres moyens de renflouer ses coffres vides.
Il faut noter aussi que jamais la NASA, tout de même sérieuse et déjà très critiquée par les scientifiques américains, ne se permettrait de faire monter un saltimbanque, un banquier ou autre type de milliardaire à bord de la navette américaine. Après tout, si la station spatiale était vraiment occupée à faire des recherches scientifiques d'envergure, comment pourrait-on penser une seule seconde qu'un siège puisse rester vacant faute de véritables scientifiques prêts à s'envoler?
Mûre pour le cirque
Enfin, la NASA doit mettre au rancart en 2010 sa propre navette, ce qui signifie que la seule façon de se rendre à la station spatiale jusqu'en 2015 sera la fusée russe. Devant de telles évidences, seule une politique visant à sauver les apparences empêche de mettre la clé sous la porte d'une machinerie qui ne nourrit que l'industrie spatiale.
Maintenant que l'on sait sans l'ombre d'un doute que la station spatiale est un véritable cirque, il n'est que juste qu'un artiste comme Guy Laliberté y fasse un dernier tour de piste avant qu'elle ne soit abandonnée et ne retombe dans l'atmosphère en produisant une belle traînée de feu, aussi colorée que les flammes qui sortaient de la bouche de notre cracheur de feu avant qu'il ne devienne un personnage à faire courir les paparazzi.
***
Yves Gingras, Professeur d'histoire et de sociologie des sciences à l'UQAM


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé